mardi, 17 juillet 2018

Par : Par Allal Bekkaï

La cellule de défense des intérêts des souscripteurs AADL2, affiliée à la LADDH de Tlemcen, a décidé d’organiser ce jeudi (12 juillet 2018) un sit-in devant le siège de la wilaya, sis au Bd Pasteur, a-t-on appris auprès du président de ladite cellule Salim Ouali. Par ce rassemblement qui a été «convoqué», via Facebook, les souscripteurs concernés veulent envoyer un message fort aux autorités locales, notamment le wali, ainsi que la directrice du Logement et le chef du projet AADL.
Le retard accusé dans la réalisation des logements en question, ajouté à la gestion opaque des dossiers et l’absence de communication, sont les principaux griefs exprimés par ladite cellule. Celle dernière fait dans ce sillage un constat de « carence» par rapport aux projets prévus à Ouled Mimoun, Hennaya, Ghazaouet, Remchi, où les travaux n’ont pas encore démarré.
Par ailleurs, elle interpelle les responsables de l’agence locale(AADL) sise à Imama à procéder, dans un souci de transparence, à l’affichage du numéro chronologique des demandeurs.
Au titre de cette formule d’acquisition d’un logement, il aurait été enregistré quelque 9.100 souscripteurs, dont 5.400 dont le sort demeure flou dès lors qu’ils sont toujours dans l’expectative pour verser la 2è tranche au niveau de la banque. Alors que d’autres souscripteurs(AADL2) ont déjà versé la 3è tranche et procédé au choix de leur logement via le site web mis à leur disposition à cet effet. A ce titre, cette opération virtuelle concerne 2.000 unités à la nouvelle ville de Boudjlida(Tlemcen) et 200 autres à Bouhenak(Mansourah).
Dans ce cadre, un projet de 2.100 logements de type AADL est en cours de réalisation au niveau du site de Boudjmil (Beni Mester). Il convient d’indiquer que dans le cadre des festivités du 5 Juillet, le wali Ali Benyaïche a procédé, lors d’une cérémonie au niveau de la commune de Mansourah, à la pose de la première pierre du projet de réalisation de 2.121 logements au titre de la formule dite AADL.
Il faut souligner que la cellule « AADL » de Tlemcen a saisi, à travers des correspondances, qui de droit dans cette affaire, à savoir le ministre de l’Habitat et de l’Urbanisme, le wali de Tlemcen, la Direction Générale AADL(Alger), la Direction Régionale(Oran) et l’agence locale(Tlemcen).Salim Ouali a remis également dans ce sens une missive à un député du parti Taj, en l’occurrence OkachaFekih, qui lui a promis de saisir à ce sujet la commission du logement auprès de l’APN.
Pour sa part, le wali a annoncé, en marge des festivités du 5 Juillet, que les 2.600 logements de la formule AADL 2 construits à Oujlida (Tlemcen) et Bouhenak (Mansourah), seront livrés à leurs bénéficiaires le 1er novembre prochain à l’occasion de la commémoration du 64 è anniversaire du déclenchement de la Guerre de Libération Nationale.

Six longues années d’attente

Ainsi donc, après 06 années d’attente, les souscripteurs de ce programme lancé en 2013 qui ont payé les 04 tranches exigibles soit 25 % du coût du logement, vont enfin pouvoir habiter leurs nouvelles cités, dont les travaux ont été confiés à la société turque «Dek In San Ltd ». Le premier responsable a reconnu que la promesse faite pour leur attribution pour le mois de mars dernier, n’a pu être concrétisée en raison de problèmes de financement des travaux annexes(VRD).
Il convient de souligner dans ce contexte, que ladite cellule active sur le terrain à travers un travail de proximité et via les réseaux sociaux. A telle enseigne que son champ d’action couvre des wilayas limitrophes. A l’initiative de cette entité de la LADDH, un séminaire régional a réuni le 10 mars 2018 à Tlemcen, les coordinations des souscripteurs AADL, venues de plusieurs wilayas. Il faut rappeler que le dernier sit-in remonte au 13 mai 2018 alors qu’un mouvement de protestation devant le siège AADL, sis à Imama avait été initié par ladite cellule le 14 août 2017, suivi d’un rassemblement tenu le 26 décembre 2017 devant le siège de la wilaya.
Une table ronde autour du sujet était prévue mardi dernier à la Radio locale avec la participation du responsable de la cellule Salim Ouali, ainsi que 03 membres, mais elle a dû être annulée et « remplacée » par un bref sonore qui devra être diffusé, lors du bulletin d’information, croit-on savoir.
Notons que le sit-in d’aujourd’hui intervient au lendemain de la distribution de pas moins de 2.351 logements, tous types confondus, hormis la formule AADL.C'était à l'occasion de la célébration de la fête de l'indépendance nationale.

Par Allal Bekkaï

Dans le cadre de la lutte contre la contrebande et la criminalité organisée, des détachements combinés de l’Armée Nationale Populaire ont intercepté, lors d’opérations distinctes, à Djelfa, Tlemcen et Tamanrasset, 03 narcotrafiquants et saisi 13,8 Kg de kif traité, 148 comprimés psychotropes, 03 détecteurs de métaux, un groupe électrogène et un marteau piqueur, tandis que 04 contrebandiers ont été arrêtés à Tiaret et Biskra, et 9.189 unités de différentes boissons et 855 Kg de tabacs y ont été saisis.
Par ailleurs, un détachement de l’Armée Nationale Populaire a arrêté à Biskra, 04 individus en possession d’un fusil de confection artisanale, alors que des Gardes-frontières ont intercepté 10 immigrants clandestins de différentes nationalités à Tlemcen.
Dans le même contexte, 02 narcotrafiquants et 02 immigrants clandestins appréhendés dans le cadre de la lutte contre la contrebande et la criminalité organisée, un détachement de l’Armée Nationale Populaire a arrêté, le 09 juillet 2018, à In Guezzam, 02contrebandiers et saisi 04 détecteurs de métaux, 7,61 tonnes de denrées alimentaires, 550 litres d’huile de table, et 4416 unités de produits de nettoyage, tandis que des éléments de la Gendarmerie Nationale ont arrêté 02narcotrafiquants à Tlemcen et saisi 550 grammes de kif traité.
Par ailleurs, des Gardes-côtes ont mis en échec, à Aïn Témouchent, une tentative d’émigration clandestine de 18 personnes à bord d’une embarcation de construction artisanale, alors que 02 immigrants clandestins ont été interceptés à Tlemcen.

Redouane Boualia

Les éléments des Gardes-côtes, relevant du groupement territorial de Beni-Saf, dans la wilaya d’Aïn Témouchent, ont intercepté mardi en mer, 34 candidats à l’émigration clandestine, dont 02 femmes et une fillette de 05 ans, a-t-on appris de ce corps constitué.
L’opération a été menée au cours d’une patrouille qui a permis de repérer l’embarcation pneumatique dans une zone située à 20 miles au nord des côtes de Beni-Saf. Les 16 candidats à l’émigration clandestine qui ont tenté de rejoindre les rives espagnoles, sont originaires de la wilaya d’Oran et parmi eux se trouvaient 02 femmes et une fillette de 05 ans, a-t-on indiqué.
Les mis en cause ont été débarqués au port de Beni-Saf et doivent être présentés devant la justice. L’embarcation pneumatique et un moteur de 40 CV ont été saisis, ont précisé les mêmes sources.
Il s’agit de la deuxième affaire du genre en l’espace de 24 heures. 
Les Gardes-côtes du port de Bouzedjar, dans la même wilaya, ont intercepté lundi, une embarcation pneumatique à bord de laquelle se trouvaient 18 personnes, tentant de rejoindre clandestinement les côtes espagnoles.

Boualem Belhadri

Avant-hier, 02 personnes allant faire une randonnée sur une embarcation de plaisance, non loin du port de pêche de Bouzedjar, se sont retrouvées coincées entre des rochers, alors que les vagues commençaient à s'agiter, défavorablement. Cette situation a mis mal à l'aise les deux voyageurs qui au fil du temps, le stress, faute de secours immédiat, les a appréhendés.
Fort heureusement, les quelques retardataires sur la zone ont pu recevoir le signal d'alarme émis par les naufragés.
Des moyens de bord ont été utilisés pour les sauver,en premier, et faire le nécessaire pour épargner l'embarcation d'un danger imminent pouvant la détruire.

BoualemBelhadri

Après tant d’années de combat, la Fédération Nationale des Travailleurs de la Formation et l’Enseignement Professionnels (FNTFEP), affiliée à l’Union Générale des Travailleurs Algériens (UGTA) est arrivée au bout de ses revendications syndicales, en optant pour la création une mutualité propre à leur secteur. C’est ce qu’a tenu à souligner le SG de FNTFEP depuis peu, lors le de la rencontre au sommet des représentants syndicaux de 41 wilaya qui a eu pour cadre, dimanche passé, l’Institut National Spécialisé «OuadahBenaouda». «Nous restons sous la coupe de l’UGTA vaille que vaille. C’est une décision irréversible,» a-t-il souligné à l’assistance. Aussi la nouvelle entité mutualiste, sous la coupe de la FNTFEP compte parmi ses rangs plus de 4.500 adhérents, dira-t-il, à l’endroit de la presse, lors d’un point de presse succinct.
Déjà il a des points positifs recensés par la Fédération à savoir : la création de résidences touristiques, de centre de santé spécialisé, des centres de cure, l’amélioration des conditions de prise en charge des travailleurs et retraités du secteur et la possibilité d’initier des crédits à taux bonifié quand il s’agit d’appoints de consommation ou des prêts alloués pour les projets de construction de logements sociaux.