vendredi, 15 décembre 2017

B. Kacem

Un terrible incendie s'est déclaré dans la nuit de lundi à mardi aux environs de 22 h dans un garage situé au centre ville de Dahmouni- 15 km à l'est de Tiaret.
L'incendie a été signalé à cette heure par des voisins, lorsque les flammes et une fumée dense ont été observées à la faveur de l'obscurité.
En effet. Huit (08) véhicules 06 voitures, 01 camion et 01 bus stationnés dans un garage ont été la proie des feux ravivés par des vents et des conditions d'accès difficiles.
Les véhicules en stationnement sur le site auraient été incendiés vraisemblablement par une étincelle, d'où le départ des feux a-t-on appris.
Alertés de l'incident, les services de la Protection civile de Dahmouni nouvellement installés dans la localité ont été prompts à l'intervenir, par circonscrire les feux jusqu'à minuit dans des conditions jugées difficiles, selon les premiers éléments d'information.
Le site dans lequel plusieurs véhicules ont été incendiés ne permettait pas aux pompiers de circonscrire les feux rapidement. Et pour cause.
Les issues de secours n'étaient pas prévues. Une enquête a été vite diligentée par les services de la Sûreté de daïra pour arriver à situer les circonstances et causes exactes du sinistre.

Boualem Belhadri

La convention signée, depuis peu, entre le ministère du Travail, de l’Emploi et de la Sécurité Sociale, d’une part, et le ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique, d’autre part, vise particulièrement à promouvoir la culture entrepreneuriale au sein des campus universitaires et de renforcer davantage la concertation et le partenariat entre les deux secteurs.
Un protocole qui devrait contribuer à un ancrage juridique à cet établissement de ressourcement et d’expertise en mesure de concrétiser les projets des universitaires et de réaliser leurs rêves. Au centre universitaire « Belhadj Bouchaib», d’Aïn Témouchent, la Maison de l’Entrepreneuriat représente véritablement l’outil idoine sur lequel s’appuie tous les dispositifs et agences d’aide et de soutien à l’insertion dans le milieu professionnel.
L’ANSEJ (Agence Nationale de Soutien à l’Emploi des Jeunes) prend la tête du peloton et met les moyens nécessaires pour inculquer les valeurs entrepreneuriales et initier les jeunes étudiants à l’acte d’entreprendre, pour concrétiser leurs idées et faire émerger des projets à forte valeur ajoutée qui contribuent dans le développement de l’économie locale et nationale. Le centre universitaire «Belhadj Bouchaib » a organisé, en novembre 2017, des journées portes ouvertes, sur la Promotion de la Culture Entrepreneuriale dans le milieu universitaire, en étroite collaboration avec les dispositifs relevant du ministère du Travail, de l’Emploi et de la Sécurité Sociale, visant à capitaliser l’expérience acquise en matière de promotion de l’esprit entrepreneurial en milieu universitaire.
C’est dans ce cadre précis que le bureau de la Maison de l’Entrepreneuriat a retenu un programme annuel avec des événements marquants, s’appuyant sur l’organisation de journées entrepreneuriales, en collaboration avec les dispositifs et agences d’aide et de soutien à l’emploi des jeunes, en vue de valoriser et vulgariser davantage le rôle entrepreneuriat et son impact positif en termes de développement de l’esprit entrepreneurial et de promotion des idées innovatrices à valeurs ajoutées dans le domaine de la création de micro-entreprises.
Aussi, les sorties de mise en relation avec le milieu professionnel sur le terrain, des étudiants des départements du Génie Hydraulique et de l’Ecologie et l’Environnement ont été bénéfiques et renforcent la notion d’entrepreneuriat sur le plan technique et professionnel que scientifique.
Et pour mieux valoriser ces sorties, l’ONG «Défense des intérêts des utilisateurs d’eau et protection de l’environnement a décerné des prix aux 06 meilleurs travaux des étudiants.
La remise des distinctions a été sanctionnée par une réception à laquelle ont pris part les chefs de départements du centre universitaire et les responsables des sociétés SEOR, ONA, ainsi que le représentant du secteur des Ressources en Eau.

AS. Mohsen

Mardi dernier, l’Assemblée Populaire de Wilaya de Mostaganem a vécu une séance extraordinaire de l’installation des commissions de l’APW présidée par le P/APW Abdelkader Tekkouk qui prononcé une allocution au cours de laquelle il a rappelé l’ordre du jour de la session à savoir la présentation du projet du règlement intérieur et proposition du bureau exécutif de l’APW.
Pour sa part, le secrétaire général a mis l’accent sur la pratique démocratique laquelle demeure un exemple de l’état dans la démocratie. Il a aussi donné des conseils et des orientations aux élus en présence des directeurs de l’exécutif, des chefs de daïras et du représentant des moudjahiddine. C’est une mission difficile concernant des défis. «Vous devrez être en mesure de cette mission en dépit de la couleur des partis politiques. La population vous attend pour concrétiser les objectifs. Le mandat de cinq années passe très vite. On ne peut perdre une minute de cette période pour réaliser les projets de développement dans tous les domaines,» a-t-il indiqué.
Le P/APW a souligné quant à lui l’importance de l’Assemblée dans le développement local, lequel se matérialise en consolidant les liens avec les partis qui constituent cette instance. Le défi de cette composante est la préservation de la démocratie, laquelle contribue au rayonnement des échanges d’idées. A ce sujet, le président a donné le coup d’envoi de la session. Le deuxième thème est celui de la proposition du bureau exécutif de l’APW dans lequel 03 présidents ont été désignés.
Il a été également proposé 09 commissions permanentes représentant plusieurs secteurs de développement parmi elles la Santé, l’Education, l’Emploi entre autres. Enfin, la session a été clôturée par l’approbation à l’unanimité des élus l’ordre du jour.

AS. Mohsen

Les éléments de la brigade de Gendarmerie de Tazgaït (daïra de Sidi Ali) ont intercepté avant-hier, un véhicule de marque Dacia à bord duquel 4500 sachets de tabac à chiquer sans facture et une somme d’argent estimée à 23 millions de centimes dissimulée au milieu de cartons de produits de confiserie. Le conducteur du véhicule et son passager ont été immédiatement arrêtés. Les gendarmes ont saisi la marchandise, ainsi que l’argent et un dossier judiciaire a été ouvert contre les contrevenants.
Par ailleurs, les éléments de la brigade de la Gendarmerie Nationale de la daïra de Sidi Lakhdar ont arrêté 02 dealers âgés entre 25 et 41 ans, au casier judiciaire bien étoffé au douar Ghamra et ont saisi 150 g de kif traité et 90 comprimés psychotropes, ainsi qu’une somme d’argent évaluée à 15 millions de centimes, provenant sans doute de la commercialisation de cette drogue. L’affaire a eu lieu, lors d’un barrage routier dressé par la Gendarmerie Nationale qui a arrêté les 02 suspects à bord d’un véhicule de marque Peugeot. 103 grammes de cannabis et de pas moins de 560 bouteilles d’alcool, que les présumés trafiquants allaient écouler auprès des citoyens des agglomérations de cette région à vocation agricole. Les mis en cause ont été présentés devant le tribunal correctionnel de Sidi Ali avec des chefs d’inculpation de vente illégale de bouteilles d’alcool et de trafic de drogue.
Présentés devant le Parquet de Sidi Ali, les 02 dealers ont été placés sous mandat de dépôt à la maison d’arrêt de cette localité pour constitution d’une association de malfaiteurs, vente de drogue et de comprimés psychotropes.

AS. Mohsen

Les enseignants affiliés à la section CNES de l’université « Abdelhamid Ibn Badis» de Mostaganem, ont protesté pacifiquement mardi matin, en se rassemblant dans le patio cour de l’ex-ITA sis au centre-ville.
Ils étaient près d’une centaines de professeurs du supérieur, toutes Facultés confondues, à se réunir afin de crier leur ras-le-bol de la situation dans laquelle est embourbée l’université algérienne et la dégradation du cadre professionnel, dont souffrent les enseignants, premiers ‘’soldats’’ touchés sur le front social depuis des années déjà.
À sa tête, la coordinatrice locale du Cnes, Dr. Malika Boualem, ce mouvement de protestation pacifique fait écho à l’appel du bureau national du CNES lancé le 25 novembre dernier à travers un communiqué, dont nous détenons une copie et dans lequel il est énuméré les nombreux dépassements enregistrés depuis assez longtemps, et notamment les poursuites judiciaires contre les membres du bureau du syndicat nationale du CNES par le recteur de l’université d’Alger III ainsi, que « l’intolérable resserrement d’étau autour des libertés syndicales à travers toutes les universités du pays malgré la légalité du syndicat,» a-t-on souligné.
Les syndicalistes rencontrés ont soulevé la persistance des problèmes liés à la pédagogie et le manque de moyens pour le bon exercice du métier d’enseignant dans un climat socio-économique des plus sombres.
D’autres mouvements de protestations sont prévus la semaine prochaine dans les différents sites de l’université de Mostaganem.