jeudi, 26 avril 2018

Par : Allal Bekkaï

Les limiers de la 3è Sûreté urbaine de la Place du 1er Mai Tlemcen ont réussi à libérer une mineure des griffes de son ravisseur. Les faits remontent au 18 avril 2018 lorsqu’une citoyenne se présenta vers midi au commissariat, pour déposer plainte au sujet d’un enlèvement d’une mineure.
Genèse de l’affaire : Alors qu’elle se dirigeait vers le tribunal de première instance de la rue de la Paix, où elle devait comparaitre en tant que témoin(à charge) dans le cadre d’une affaire de vol, la mineure, répondant aux initiales de D.N.,16ans a été interceptée et enlevée par le dénommé A.Y.,21 ans. La scène s’est produite près du tribunal.
Le ravisseur en question a commis cet acte grave pour empêcher la mineure de témoigner à son encontre dans cette affaire de vol, dans laquelle il était impliqué. Les enquêteurs de la 3ème SU ont localisé en un temps record l’endroit, où était séquestrée D.N. Il s’agit d’un kiosque multiservices(KMS) géré par le frère du mis en cause, en l’occurrence le dénommé A.M,30 ans. Quant à A.Y, il s’est constitué prisonnier auprès des services de la ¨Police Judiciaire de ladite Sûreté, où il a reconnu les faits qui lui sont reprochés, à savoir : l’enlèvement et dissuasion de témoin cité par la justice.
Le procureur de la République près le tribunal de Tlemcen a été saisi de cette affaire de droit commun.

Par : Allal Bekkaï

Agissant sur information, les éléments de la Sûreté de daïra de Ghazaouet ont appréhendé en date du 21 avril 2018, un dealer spécialisé dans le trafic de barbituriques. Il s’agit du dénommé B.M., 24ans, repris de justice. Le narcotrafiquant allait s’approvisionnait en drogue et comprimés psychotropes à Bab El Assa, sur la bande frontalière. Une souricière lui a été tendue vers 17 h au niveau de l’entrée de la commune de Souahlia pour suivre ses faits et gestes. Le dealer présumé conduisait une moto de marque Peugeot 103, à bord de laquelle il convoyait la marchandise prohibée, en l’occurrence 100 grammes de résine de cannabis, 35 comprimés d’Ecstasy enveloppés dans du papier cellophane, répartis dans 02 bourses. Le procureur de la République près le tribunal de Ghazaouet a été saisi de cette affaire et l’enquête suit son cours dans ce cadre au niveau des services de ladite Sûreté.

Par : M.A.S.

Le feuilleton des perturbations dans la chaîne de distribution et commercialisation du sachet de lait dans la wilaya de Mostaganem n’est pas prêt de se s’achever apparemment, car beaucoup de doléances de citoyens continuent d’affluer et remonter aux services de la Direction du Commerce. Cet état de fait s’explique en partie par la forte demande sur ce produit à prix réglementé et abordable pour la majorité des familles à revenu modeste. Certains commerçants indélicats profitent de la tension sur le sachet de lait, pour le vendre à 30 DA au lieu des 25 DA. Souvent dénoncés par les consommateurs et notamment à Bouguirat, où cette entorse à la réglementation est constatée, les citoyens affirment que l’offre de produit reste insuffisante pour couvrir la demande du marché local, des commerçants indélicats, dans de nombreuses localités ailleurs qu’à Bouguirat, profitent également de la situation, sans pour autant être inquiétés. En plus du fait qu’il soit cédé à 30 DA, si un consommateur s’aventure à acheter 02 sachets, il se voit obligé d’acheter un autre sachet de lait au prix de 40 DA. Cette pratique commerciale déloyale se généralise, plus particulièrement dans les communes semi-urbaines, loin de tout contrôle, dénoncent d’autres clients. Un enseignant Ahmed dépité lâche amèrement : « J’achète quotidiennement un seul sachet de lait à 30 DA. Franchement, c’est la débandade. Où sont les services compétents censés contrôler ces commerçants fraudeurs ?» S’interroge notre interlocuteur.

Par : M.A.S.

Dans le cadre de sensibilisation sur l’utilisation idoine de l’énergie et notamment son économie, la société Algérienne de Distribution de l’Electricité et du Gaz, lance une large opération de porte à porte à partir d’aujourd’hui jeudi 26 avril 2018, avons-nous appris hier, auprès du nouveau Chargé de Communication de la SDO de la wilaya de Mostaganem, M. Benzidane Mohammed. Les Brigades de l’Énergie sortiront sur le terrain ce jeudi et feront du porte-à-porte-chez les clients dans le but de les écouter, conseiller et assister pour une meilleure consommation de l’énergie. 
Ces brigades sont composées d’un ingénieur de sécurité, un agent commercial, un technicien électricité, un technicien du gaz, ainsi qu’un agent de sexe féminin, précise notre source. 
Cette nouvelle approche est appelée à s’installer dans les esprits des agents, dans le cadre de la sensibilisation sur l’utilisation adéquate de l’énergie qu’il faut désormais utiliser à bon escient, et ce, vu son coût de production et de distribution d’autant plus que les coûts d’entretien du réseau électrique, ainsi que l’équipement et ceci, sans parler des dettes de consommation d’électricité non régularisées.

Par : M.A.S.

Le dénommé M. A., âgé de 46 ans, a été appréhendé les enquêteurs de la Brigade de Lutte contre les Stupéfiants de la Sûreté judiciaire de Mostaganem ont mis fin à ses agissements. Ce dernier, connu des services de police et ayant un casier judiciaire chargé, s’adonnait à la vente de stupéfiants.
Selon le dernier communiqué de la Cellule de Communication de la Sûreté Nationale, les policiers ont filé le suspect durant plusieurs jours avant de lui tendre une souricière pour l’arrêter à bord d’une Peugeot 504.
Le mis en cause a été condamné à une peine de 07 ans de prison fermes assortie d’une amende de 500.000 DA pour le chef d’inculpation de détention et commercialisation de drogue.
Une fouille du véhicule a permis de découvrir une quantité de 160 grammes de kif traité. Présenté en comparution directe devant le magistrat instructeur près le tribunal de Mostaganem.