jeudi, 19 juillet 2018

Par : Belmadani Hamza

Jeudi dernier, un grand encombrement de circulation s’est créé sur la route, menant à Sidi Maârouf après que des femmes, habitants Haouch Lesnami aient fermé la route pour réclamer leur relogement. «Ça fait 30 ans qu’on attend notre relogement,» dira une habitante. Avant qu’une autre n’ajoute : «Nous demandons aux services concernés de trouver une solution, nos enfants sont en danger.»
Selon les habitants, la situation sur place est très difficile avec la multiplication des effondrements à cause de l’ancienneté de la bâtisse mais également, la propagation des moustiques et des rats. «Nous vivons dans un véritable cadre de vie précaire, » conclut un habitant.

Par : Belmadani Hamza/R. Boualia

Deux nouvelles lignes assurées par l’ETUSO sont entrées jeudi dernier en service, il s’agit de la ligne Hai Rabah, en passant par Misserghine, Hai Ben Arba «ex-Rocher », Hai Bouâmama (Hassi), Hai Louz (Les Amandiers), en passant par le 03ème boulevard périphérique jusqu'à l’agence routière d’El Bahia. La 2ème ligne reliera Hai Rabah à Es-Sénia. Notons que l’ETUSO a lancé il y a quelques mois 21 nouvelles lignes de transport urbain et suburbain, dans le cadre de l’opération de renforcement de l’ETUSO par 100 bus loués auprès d’un opérateur privé, dans le but de répondre à la demande de plus en plus croissante sur certaines lignes traditionnelles, mais aussi, celle exprimée par certains quartiers et cités, accueillant de nouvelles populations dans le cadre du programme de relogement entrepris par la wilaya d’Oran.
En outre, plus d’une cinquante de nouveaux bus viendront renforcer le parc roulant de l’entreprise publique de transport urbain de la wilaya d’Oran très prochainement. Notons que l’ETUSO disposait auparavant d’un parc de 50 bus, desservant 06 lignes de transport urbain et suburbain, à savoir les lignes B, B1, 3, 51, 11 et 37.

Par : Belmadani Hamza

Une enveloppe financière de plus de 45 milliards de cts a été débloquée par la wilaya au titre de l’année 2017 et 2018 pour l’acquisition d’engins au profit des communes et des EPIC de la wilaya, a annoncé jeudi dernier, le wali d’Oran Mouloud Cherifi, lors d’une cérémonie de remise d’engins au profit de quelques communes et EPIC de la wilaya, en présence des autorités locales. Le wali d’Oran lors, de son intervention a remercié l’APW pour son engagement dans cette dynamique qui entre dans le cadre d’un programme national, visant au renforcement des moyens matériels des parcs communaux. 
Dans ce cadre, 05 retro-chargeurs ont été remis à quelques communes, dont c’elle de Bousfer, ainsi que les EPIC Oran vert et Oran Propreté. La wilaya dans les semaines à venir va acquérir également 13 bennes tasseuses qui s’ajouteront aux 07 autres dans le cadre du programme sectoriel, pour atteindre 20 bennes- tasseuses qui seront distribuées aux communes et aux EPIC. 
Dans le même cadre, et avant la rentrée scolaire, il est prévu l’acquisition de 23 minibus pour assurer le transport scolaire surtout dans les communes isolées.

Par : Belmadani Hamza

Une assemblée générale élective, regroupant les présidents de plusieurs associations de la protection de l’environnement a eu lieu jeudi dernier au centre culturel du quartier de Petit Lac, pour élire un président et un bureau exécutif de la première coordination éco-citoyenneté dans la Capitale de l’Ouest.
Cette réunion a eu lieu en présence d’un représentant du wali d’Oran, de la directrice de l’Environnement et plusieurs membres de la société civile et le mouvement associatif à Oran.
Lors de son intervention, le représentant du wali a lu un message de la part de Mouloud Cherifi qui a salué et encourager le réseau écocitoyenneté dans ces efforts liés a la protection de l’environnement à Oran. selon M. Yahyaoui Lahouri, cette assemblée est venue après 352 jours d’activité du réseau éco-citoyenneté, «il été temps que les présidents des associations se réunissent pour la création de la coordination écocitoyenneté,» dira notre interlocuteur, qui a réaffirmé l’engagement de cette coordination a fournir tous les efforts nécessaires pour la protection de l’environnement à Oran, de signaler les dépassements et travailler avec les services concernés en matière de sensibilisation.
Lors de cette assemblée élective. M. Hamid Ghenoun a été élu président de la coordination, 03 vice-présidents ont été également choisis, il s’agit de Mme. Dehiba Boufnik, Mme. Khadija Benchouka, M. Abdelatif Rahman. Le Secrétaire Général de la coordination est M. Nedjadi Guellil.

Par : Jalil Mehnane

Qui dit saison estivale, dit rush vers le littoral, et Oran figure parmi ces wilayas côtières qui connaissent le plus de flux. L’occasion pour les propriétaires d’hôtels de renflouer leurs caisses. En termes de structures d’accueil, les chiffres officiels confirment que la wilaya d’Oran a fait un bond qualitatif, elle qui attire les investisseurs dans le domaine touristique, locaux et étrangers. Mais sur le terrain, dénicher un hôtel au niveau de la corniche oranaise, relève de l’exploit, pour les visiteurs d’Oran, et pour cause, toutes les structures d’accueil affichent complet, en ce trimestre d’été. Selon certains patrons d’hôtel, « les réservations commencent plusieurs mois avant les vacances scolaires, certaines familles viennent même avec d’autres invités et réservent plusieurs chambres et autres bungalows. » Cela en dépit des prix jugés excessivement chers par les clients, mais venir à Oran et passer les congés est devenu pour certains vacanciers une tradition. Cette cherté des prix qui refait parler d’elle en cet été, en dépit des instruction du ministère du Tourisme, de baisser les prix de 20%, afin de satisfaire les clients et les potentiels touristes étrangers. Les complexes touristiques et les hôtels lancent des promotions plus alléchantes les unes que les autres, pour attirer les clients. Tout est donc permis attirer encore le plus de clients même au détriment des lois en vigueur. Mais pour les satisfaire, les clients doivent en contrepartie avoir toutes les conditions nécessaires pour un bon séjour, chose qui n’est pas toujours disponible. Même des plages dites privées, où tout est payant, ne font pas l’unanimité avec une prestation de services au deçà des espérances. Et n’en parlons pas des autres plages publiques, qui elles, reflètent toute la mauvaise gestion et le laisser-aller qui caractérise depuis des années le trimestre estival. Faut-il se voiler la face et parler de tourisme et de saison estivale à Oran, une ville au potentiel naturel incontestable, malheureusement gâché par l’incompétence et le manque de professionnalisme de ceux qui ont en charge de préparer, de conduire et de veiller à ce que la saison des grandes vacances, apporte les retombées économiques auxquelles aspire toute ville balnéaire. Au mois de juillet où, le tourisme bat son plein, à Oran, nous en sommes encore à gérer la gratuité de l’entrée des plages et à compter comme un épicier le nombre de parasols, un sujet devenu national qui accapare l’attention des responsables du secteur.