jeudi, 19 juillet 2018

Une décharge sauvage empoisonne la vie des habitants de trois cités périphériques Silence intriguant des autorités locales

Publié dans Oran mercredi, 11 juillet 2018 16:44
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Par : I.Lyes

Les résidents des cités limitrophes à la ville d’Arzew, à savoir : Ahmed Zabana, Emir Abdelkader (ex- Plateau) et Mustapha Ben Boulaid, dénoncent avec vigueur l’implantation de la décharge sauvage à ciel ouvert au niveau de la route, menant à la ferme appelée communément «Boumaâza ». Selon les dénonciateurs, ce vaste vidoir à déchets non autorisé, qui prend de plus en plus de l’ampleur empoisonne quotidiennement leur vie du fait de la transgression de la nature et de la pollution de l’environnement immédiat qu’il engendre, surtout, lorsque les multiples foyers de feu embrasent les lieux dégagent de hauts nuages de fumée dans l’atmosphère. Ainsi, le massif forestier qui est commun aux trois quartiers cités, commence à être souillé par des tas de déchets et autres restes de construction, ou de démolition, rendant et transformant cet espace boisé, au grand dam de la population environnante, en une décharge sauvage en plein air. Les nombreux camionneurs déchargeant les décombres au sein de cet espace sylvicole, longuement apprécié par la population en quête d’évasion et d’air pur, ainsi que les nombreux randonneurs et sportifs, sont honnis et mis à l’index. Ni l’être humain dans un espace agréable et verdoyant, ni la fleur et la faune dans leur environnement naturel ne sont épargnés par les actions dévastatrices de ces destructeurs de l’écosystème. Pas même le panneau signalétique, mettant en exergue l’arrêté municipal numéro 189 daté du 19 mai 2009 interdisant tout largage de détritus, sous peine de mise en fourrière du véhicule transportant ces déchets pour une durée de six mois.
Selon des affirmations de certains protestataires que notre journal a rencontrés, dont des sportifs habitués à courir dans cette foret, des personnes inconnues, parfois des agents de la commune, selon certains témoignages, brûlent les déchets au sein de cette décharge, agressant la nature et rendant l’atmosphère irrespirable par l’opaque fumée qui s’oriente automatiquement en direction des bâtiments d’en face, surtout vers les immeubles de « FNPOS », situés au niveau de la cité Khalifa Benmahjoub (ex- Complexe), de la résidence des enseignants, implantée dans la cité Emir Abdelkader et de l’îlot 19 au sein de la cité Ahmed Zabana et cela en fonction de la direction des vents. Nos interlocuteurs ont fait part en conclusion, qu’un énième grand feu a été allumé par des inconnus, dernièrement, ce qui a amené un citoyen résidant à la cité Zabana, aàaviser l’unité des pompiers d’Arzew qui s’est déplacée sur les lieux, en réussissant à le circonscrire, seulement, après leur départ, ajoutent nos sources, les nuages de fumées empestaient toujours l’atmosphère. «Nous interpellons les autorités locales et les défenseurs de l’environnement à intervenir pour nous délivrer de ce calvaire et de rendre « la nature en l’état,» concluent-ils.

Lu 12 fois

Laissez un commentaire