jeudi, 19 juillet 2018

La Cité Akid Lotfi confrontée au phénomène des ordures ménagères Citoyens ou responsables, qui est le maillon faible ?

Publié dans Oran mardi, 10 juillet 2018 17:41
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Par : Zitouni Mustapha

Peut-on en toute objectivité, porter toute la responsabilité de situation d’insalubrité constatée à travers les rues et ruelles de notre ville sur le seul dos des fonctionnaires communaux, ces agents chargés de la pénible tâche de nettoiement et de collecte des ordures ménagères ?
Un raccourci rapide et trop simple, pour se dérober des devoirs et obligations de tout citoyen vis-à-vis de sa communauté et de sa cité.
Dans son explication, le mot «civisme» signifie: Dévouement à la collectivité, sens qu'une personne a de ses devoirs de citoyen envers la cité: Jeter des déchets par terre révèle un manque de civisme. C’est aussi, l’attitude d'une personne qui respecte ses devoirs de citoyen trier ses déchets est un acte de civisme. Et le mot civisme fait aussi référence aux sentiments qui font le bon citoyen et son attachement à la cité et à sa ville.
A Akid Lotfi, un ensemble immobilier très récent, devenu, l’actuel lieu à forte affluence de citoyens, connaît un amoncellement de détritus un peu partout à travers les cités, entre commerces, habitants et simples passants, nul ne se soucie des heures de passage des camions de collectes des ordures.
Les agents de nettoiement respectent bien leurs horaires de passage, dont la plus importante rotation, se situe à partir de 19 heures, et ce qui est constaté dans ce quartier de Akid Lotfi à l’est de la ville, c’est que de nouvelles quantités de sachets et de détritus ménagers surgissent bien après les heures de passages, alors que la dernière collecte a été assurée par les agents communaux.
Pourquoi alors les incriminer d’actes inciviques alors que bon nombre de commerçants et de citoyens ne respectant ni les horaires, ni la pénible activité de cette catégorie de fonctionnaires qui ne font que leur métier, selon un planning étudié avec des heures préétablies de passage de leurs camions de collecte ? Doit-on garder en permanence ces agents chargés du ramassage des ordures ménagères, à disposition et à des heures très avancées pour la simple raison que nous autres citoyens, faisons sortir nos sachets d’ordures à l’heure qui nous arrange ?
Avec trois rotations par jour et une armada de camions entre ceux appartenant à la commune d’Oran et les privés inclus dans les opérations de ramassage, il est assez incompréhensible de voir dans nos cités et quartiers, des ordures jetées à même le sol, sans sachets hermétiques pour tenter de faciliter la tâche déjà rude de ces agents, qui assurent la collecte.
L’on se rappelle, l’appel lancé par un collectif d’agents communaux, qui en s’adressant à l’ensemble des citoyens et habitants de la ville d’Oran, de respecter les horaires de travail et surtout de respecter le côté humain de ces agents, qui ne sont en aucun cas responsables de l’incivisme de bon nombre de nos concitoyens, qui partagent pourtant à longueur de journaux à travers les réseaux sociaux, les beaux paysages très propres d’autres villes et d’autres pays.
A titre de rappel, après le jumelage de la ville d’Oran avec la ville française de Bordeaux, classée durant plusieurs années, la ville la plus propre de France, une équipe spécialisée dans le domaine de la collecte des ordures, s’était rendu à Oran et à accompagner durant plusieurs mois, les équipes de collectes de l’APC d’Oran. Un rapport final, avait été rendu et le contenu était sans appel, le citoyen est directement mis à l’index, le rapport signifiant clairement que le citoyen ne collabore, nullement dans la propreté de sa ville.
Ces conclusions sont venues après qu’il a été constaté qu’après la troisième rotation des camions de collecte, se situant aux alentours de 19 heures, une dernière rotation est assurée aux environs de 23 heures, dans le but ramasser de petites quantités d’ordures restantes, jugées acceptables, sauf qu’il a été constaté que ces quantités censées être moindres, étaient aussi grandes que celles ramassées durant la journée.
Le reste se passe de commentaires et au citoyen d’en tirer objectivement les conclusions !

Lu 335 fois

Laissez un commentaire