vendredi, 15 décembre 2017

Quelque 4200 accidents de travail ont été enregistrés en 2017 (jusqu'au 30 novembre dernier) dans la wilaya d'Alger, dont 12 cas mortels, a-t-on appris mardi auprès de la Caisse nationale des assurances sociales des travailleurs salariés (CNAS).
"4200 accidents de travail, dont 12 mortels survenus sur le trajet (aller et retour) entre le lieu de résidence et le lieu de travail, ont été enregistrés durant 2017", a indiqué à l'APS, Lakhdar Chaouch Bouloufa, responsable du département des accidents de travail et des maladies professionnelles à la CNAS, section d'Alger.
Par ailleurs, elle a affirmé que la CNAS a relevé une réduction des accidents de travail à Alger durant l'année 2016 avec 5500 accidents dans tous les secteurs d'activité, soit un recul de 1300 accidents. Soulignant que le plus grand nombre d'accidents déclarés à la CNAS concernent le secteur du bâtiment et des travaux publics (25 %), notamment dans le secteur privé, la même responsable a estimé que les hommes sont les plus touchés.
Mme Bouloufa a saisi cette occasion pour appeler le patronat et les dirigeants des petites et moyennes entreprises (PME) à prendre en compte le code du travail algérien en matière de protection des employés et la prévention contre les accidents de travail, affirmant que la CNAS assurait l'accompagnement en vue d'éviter toute sorte d'accident. Plus de 30 maladies professionnelles ont été recensées pour une meilleure prise en charge de cette catégorie, indique la même responsable qui a ajouté qu'une grande partie du patronat n'assurait pas le service de "médecine du travail" qui consiste en des contrats signés avec des médecins qui rendent des visites aux ateliers et aux autres structures de travail pour prévenir les accidents de travail.
Mme Bouloufa a indiqué que des campagnes de sensibilisation pourraient être organisées au profit des employés et du patronat pour qu'ils tiennent compte du facteur de prévention dans la gestion de l'entreprise dans le but d'éviter les risques d'accidents en milieu professionnel.

La ministre de la Poste, des Télécommunications, des Technologies et du Numérique, Houda Imane Faraoun a annoncé, mardi à Alger, la signature d'ici la fin d'année d'un accord visant l'amélioration du débit internet en Algérie grâce à un câble sous-marin reliant Annaba aux Etats-Unis.
En réponse aux questions des membres de l'Assemblée populaire nationale (APN) sur le projet de loi définissant les règles générales relatives à la Poste et aux télécommunications électroniques, la ministre a indiqué que "outre le projet du câble sous-marin en fibre optique (ORVAL) reliant la ville d'Oran à Valence (Espagne), l'Algérie va réaliser un autre projet de câble sous-marin reliant Annaba aux Etats-Unis". "L'accord, qui contribuera à l'amélioration du débit Internet en Algérie, sera signé avant la fin de 2017 avec des droits d'exploitation de 34 millions de dollars" a-t-elle-précisé.
Concernant le projet ORVAL, la ministre a indiqué que les travaux commenceront à la fin de l'année, rappelant la mise en place d'une filiale Algérie Télécom (AT) en Espagne qui a réussi à aplanir toutes les entraves administratives ayant retardé la concrétisation de ce projet. La ministre a saisi cette occasion pour réitérer "l'attachement de l'Etat à sa souveraineté sur le secteur des télécom".
S'agissant de l'hébergement de sites, MmaFaraoun a fait savoir que le Conseil de participation de l'Etat (CPE) a donné le feu vert à AT pour la création d'un Data-center avec un opérateur de Hong Kong à Lakhdaria (Bouira).
S'agissant du raccordement en fibre optique, la ministre a évoqué le déploiement en 2017 de 6.168 km de fibre optique, précisant que le réseau connecté atteint 123.000 km à travers le pays. Par ailleurs, Mme. Faraoun a fait état de la formation de 3.314 employés dont 1.039 ingénieurs d'AT et 279 de micro-entreprises crées dans le cadre des dispositifs de soutien à l'emploi des jeunes, ajoutant que 65% du budget consacré par AT à la formation ont été consommé en 2017, ce qui a permis une améliorations des prestations de l'Entreprise dont les abonnés ont augmenté à 448.000. Pour ce qui est de la Poste, la ministre a évoqué l'insertion de plus de 3.268 employés dans le cadre des contrats pré-emploi d'ici la fin de l'année 2017, parallèlement à la clôture du plan de formation initié par Algérie poste.
La première responsable du secteur a rappelé qu'Algérie poste a eu recours à un emprunt de 19 milliards DA au titre de projets visant le perfectionnement de ses prestations, précisant que dont 9 milliards DA sont destinés à la réalisation de 811 bureau de Poste aux normes bancaires dans Hauts plateaux et le Sud et 2 milliards DA à la mise à niveau du réseau de fibre optique pour pallier les dysfonctionnements du réseau dans les bureaux de poste, outre l'achat d'équipement sophistiqués pour le tri automatique du courrier.

Pas moins de 38.450 logements relevant du programme AADL en construction accusent un sérieux retard sur lequel le ministère de l’Habitat s’est penché mardi pour élucider, voire endiguer, les causes en organisant une rencontre « inventaire » des chantiers en cours à l’échelle nationale au niveau du département ministériel où sont réunis tous les responsables de l’habitat locaux et centraux ainsi que les entrepreneurs nationaux et étrangers en charge de la réalisation relevant de l’Agence AADL.Le retard incomberait à la fois aux entrepreneurs et à l’administration, ont laissé entendre les intervenants, lors de cette rencontre présidée par le ministre du secteur Abdelhamid Temmar.
Hormis la qualité de réalisation, il est question de respecter les délais. Le ministère alerte que désormais point d’intransigeance sur les tergiversations des uns et des autres qui font retarder la livraison de 38.450 unités à leurs propriétaires dans 20 wilayas du pays dont 24.851 unités sontconfiées à des entreprises étrangères.
Outre les logements AADL, les services du ministère de l'Habitat ont relevé un retard dans la réalisation de 10.832 unités de logements de type Logement social locatif (LSL) et 286 Logements promotionnels publics (LPP) dans wilaya d'Alger et dont la réalisation est confiée à deux sociétés algériennes. La réalisation de 87.000 logements AADL n'avait pas encore été entamée à la mi-août 2017, a rappelé M. Temmar, précisant que toutes les mesures juridiques ont été parachevées pour mettre un terme au retard dans le lancement des projets.