Fatima B.

Bon nombre de médicaments destinés aux personnes présentant des maladies chroniques tel le diabète ou encore l’asthme ou l’hyper-tension ne trouvent plus les médicaments dont ils ont besoin depuis quelques jours. Même les médicaments génériques ne sont plus disponibles au niveau des officines, c’est le constat fait par les malades à leur dépend car leur traitement étant vital notamment pour les insulinodépendants qui ne trouvent pas l’insuline qu’ils utilisent le soir à travers Oran. La pénurie des médicaments dont parlent les citoyens et les pharmaciens ne se limite pas à la wilaya d’Oran, le problème st national selon les déclarations du président du syndicat national les pharmaciens d’officines (snapo), Messaoud Belembri. Sur les ondes de la radio national il a fait savoir que, plus de 300 médicaments, don ceux produits localement, tous essentiels les unes que les autres sont introuvables. Il a indiqué, « Les médicaments en rupture concernent toutes les pathologies notamment les maladies chroniques tel que le diabète, l’asthme et les maladies mentales. ». M.MessaoudBelembri, a relevé que « même le paracétamol pourtant produit localement enregistre une pénurie.». Abordant la cause de cette pénurie, il a déclaré « qu’elle est le résultat du retard accumulé dans le signature des programmes d’importation après le transfert de cette prérogative du ministère de la santé vers le ministère de l’industrie pharmaceutique, ainsi que la réduction de le facture les importations à un taux avoisinant le quart, soit 500 millions de dollars par an, sans pour autant garantir une production locale en mesure de palier au manque et éviter les pénuries de médicaments. ».