Jalil M.

Hier matin des travailleurs de la commune d’Oran se sont rassemblés devant le siège de la recette communale réclamant les primes dont ils sont été privés, à savoir la prime du covid 19 de 5000 D.A, que la majorité d’entre eux n’ont pas perçu et celle de la scolarité de leurs enfants de 3000 D.A qu’ils n’ont pas reçu ni en 2019 ni en 2020 ou encore la prime de rendement. Les communaux se sont ensuite rendus au siège de la wilaya où ils ont remis au DAL une lettre adressée au wali d’Oran qu’ils interpellent à propos de la situation de non-suite à leurs préoccupations socio-professionnelles. Dans cette lettre ainsi que dans une autre adressée au nouveau secrétaire général de la commune d’Oran, les communaux rappellent que la situation ne fait que perdurer, sans que leurs doléances ne soient concrétisées sur le terrain. Parmi les problèmes soulevés, les primes de scolarité de 2019 et 2020 qui n’ont pas été versées, tout comme les primes du rendement et celles du Covid-19. De plus, les travailleurs de la commune rappellent que le rééchelonnement est toujours en stand-by, et ce depuis 10 ans, sans la moindre explication des décideurs. Ils déplorent également le retard constaté lors du versement mensuel des salaires, et l’anarchie qui règne dans les services de l’APC qui nécessitent selon eux, une restructuration. Les communaux rappellent que le 15 novembre lors de la session de l’APW le wali avait rassuré que leurs préoccupations seront prises en considération et que des instructions ont été données pour satisfaire l’ensemble de leurs doléances. Cependant rien n’a été fait ce qui a amené les représentants des travailleurs à persister sur ce dossier, appelant les responsables de ce retard notamment les services des finances à activer les démarches afin de débloquer la situation.