Une cité livrée sans VRD, grogne des habitants des 102 logements LPA

Belgaid

192

Fatima B.

Une année après la remise des clés des 102 logements LPA faisant partie du programme des 154 D de Belgaïd, les VRD ne sont pas encore réalisés aux grand dam des habitants de cette cité. « Lorsque nous avons rejoint nos logements déjà avec un retard de prés d’une dizaine d’années, avec des matières utilisées qui laissent à désirer, nous avons été sidérés de découvrir que les travaux de VRD n’avaient pas été réalisés, on pensait que le retard était de quelques mois, le temps que chacun de nous fasse des travaux dans son logement, mais la réalité est qu’il n’y avait même pas une entreprise chargée de la réalisation des VRD et de l’aménagement extérieur. », dira un habitant de cette cité qui a consacré plus de 100 millions pour rendre son logement habitable.

D’autres diront, « Il n’y a même pas d’espace pour que nos enfants puissent jouer nous leur interdisons de sortir de peur qu’ils tombent et se blessent. Les devantures des immeubles et les alentours sont des pistes, il y a même des cabres qui émergent de sous terre, et des bouches d’égouts apparentes ainsi que des détritus de constructions. L’autre grand problème est l’absence de l’éclairage public qui fait régner un climat d’insécurité à chaque tombée de nuit.». Les habitants de la cité des 102 logements LPA de Belgaïd, qui ont organisé des sit-in sur place et même aux portes de l’OPGI, la semaine dernière. « Trois habitants de notre cité nous ont représenté auprès du nouveau D.G de l’OPGI qui les a reçu pour présenter nos doléances. », a indiqué un habitant de cette cité. Suite à cette entrevue le D.G de l’OPGI s’est rendu sur les lieux pour constater de visu les conditions de vie des habitants de cette cité et s’entretenir avec eux. Le D.G de l’OPGI a promis aux riverains d’entreprendre les démarches pour la désignation d’une entreprise qui sera chargée des travaux de VRD dès la semaine prochaine. Les habitants de la cité des 102 logements LPA, ont salué l’initiative du D.G de l’OPGI qui est venu vers eux, prêtant une oreille attentive à leurs doléances et promettant de régler leur problème.