Le conseiller auprès du Président de la République, chargé des archives nationales et de la mémoire nationale, Abdelmadjid Chikhi, a examiné mercredi avec des membres du secrétariat national de l’ONM des dossiers sur la mémoire et l’Histoire, indique un communiqué de l’organisation.
La rencontre entre M. Chikhi et des membres du secrétariat national de l’Organisation Nationale des Moudjahidine « a permis d’aborder des dossiers liés à la mémoire nationale et à l’Histoire », précise la même source, ajoutant que les deux parties « ont convenu de coordonner leurs efforts en vue d’une action commune ».
« On ne saurait parler et traiter de la mémoire et de l’Histoire de la Révolution sans revenir à ses artisans qui l’ont déclenchée, dont ceux qui sont encore en vie », ont estimé les deux parties.
A cette occasion, l’Organisation a indiqué que « la première chose à faire avant toute action commune sur le dossier de la mémoire et de l’Histoire est la criminalisation de la colonisation française à travers l’adoption d’une loi à cet effet à l’Assemblée populaire nationale (APN) en réponse à la loi française glorifiant le colonialisme adoptée par le Parlement français le 23 février 2005 », faisant remarquer que « quinze années se sont depuis écoulées sans la moindre réaction du Parlement algérien ».
D’autre part, M. Chikhi a été reçu au siège de l’Organisation par son secrétaire général par intérim, Mohand OuamarBenlhadj, et des membres du secrétariat national, à leur tête les moudjahidine Moussa Cherchali, Abdelaziz Fouhal, Hocine Aït Ahmed, Bouabdallah, Ismaïl Mahfoud Khodja, Ali Boughzala et Litim Moula.