F.B

Le ministre du Commerce, Kamel Rezig, a affirmé vendredi que le cas des 635 marchés du pays, réalisés dans le passé et qui demeurent encore non exploités pour différentes raisons, sera tranché en 2021. « . Dans la wilaya d’Oran, les marchés couverts notamment ceux parisiens, créés dans chaque commune, et dans la majorité des secteurs urbains du chef-lieu de commune sont restés abandonnés. Ces marchés créés dans le but de combattre le commerce informel, ont été un fiasco, de l’argent jeté par les fenêtres par les pouvoirs publics croyant bien faire. Le but de la création de ces marchés était de combattre le commerce informel, or ce phénomène a continué à prendre le dessus et à faire échouer un programme national qui a coûté des milliards. Les marchés couverts abandonnés sont ceux en bleu et blanc, réalisés avec la charpente métalliques, actuellement érigés en épave avec des vitres cassées, une désolation pour la population. Pourtant au moment de la distribution des locaux et box dans ces marchés, un engouement a été enregistré de la part des jeunes. Sauf que les commerçants illicites aux portes mêmes de ces marchés ont gagné la bataille. Les bénéficiaires de locaux dans les marchés couverts, les ont abandonnés et rejoint l’informel.
Dans son intervention, le ministre du commerce a fait savoir que « La situation des marchés non exploités au niveau national sera tranchée de concert avec le ministère de l’Intérieur, des Collectivités locales et de l’Aménagement du territoire et ce, à travers une solution sur la manière de les exploiter ». Il a également déclaré que « L’Etat ne construira plus, à l’avenir, de marchés au niveau des wilayas », Il a appelé, ceux qui s’intéressent à ce domaine à investir dans ce créneau et de prendre l’initiative pour réaliser ce genre d’espaces et les exploiter.