H.N

Le port de masque de protection sera obligatoire pour les élèves âgés de plus de 11 ans, lors de la prochaine rentrée scolaire, apprend-on de la présidente de la commission de l’Éducation relevant de l’assemblée populaire de la wilaya d’Oran, MoufidaDiab. Cette nouvelle mesure qui entre dans le cadre des directives du ministère de l’éducation pour la protection des élèves dans les établissements scolaires contre la propagation du coronavirus, concernera les élèves du cycle moyen et secondaire, qui seront tenus de porter le masque de protection même à l’intérieur des classes.

Selon la même responsable, le protocole sanitaire, sera transmis incessamment par les autorités compétentes à la direction de l’Education de la wilaya d’Oran, au même titre que les autres directions du pays, ajoutant que les informations relayées faisant état de la réduction du nombre de matières, les périodes de récréation et les heures d’entrée et sorties des élèves, sont fausses, et que les nouvelles mesures seront annoncées dans ce protocole sanitaire.

La rentrée scolaire se fera de manière progressive à Oran

Ce qui est sûr pour le moment, c’est que l’application du système de groupe de 20 élèves par classes, sera difficile ; notamment l’application du protocole sanitaire, assure Mme.
DiabMoufida, expliquant que, « Plusieurs établissements scolaires, ont toujours exercé avec le système de la double vacation pour faire face à la surcharge des classes dans plusieurs régions de la wilaya », ajoutant que « ce genre de situation aurait pu être évitée, s’il y avait une coordination entre les différents intervenants ».
Dans ce sens, M. MoufidaDiab, a pris l’exemple des établissements scolaires dans les trois cycles de l’éducation, qui ont été réalisés et équipés depuis 2018, et qui n’ont toujours pas ouverts leurs portes à cause du retard dans les opérations de distribution de logements dans les nouvelles cités à l’exemple de Oued Tlélat et Misserghine, ajoutant a cela, le retard accusée de certaines communes dans les opérations de réhabilitation des écoles en dépit des enveloppes budgétaires allouées.
Dans ce sens, un appel a été lancée en direction de l‘OPGI d’accélérer les travaux d’aménagement extérieure et hâter les opérations de relogement dans les nouvelles cités afin de permettre au secteur de l’Éducation d’établir enfin sa carte de répartition des zones de scolarisation.