R.L

Un appel au ramassage des chiens errants et de les placer dans les fourrières canines a été lancée par la direction de la santé de la wilaya d’Oran qui a enregistré une recrudescence du nombre des chiens errants dans la rues. Selon, la même source, 1319 victimes de morsures de chiens errants ont été enregistrés durant le premier semestre de l’année en cours à travers la wilaya d’Oran s’agissant de personnes s’étant présentées aux services de la santé pour recevoir mes soins nécessaires. Les mêmes services ne notent aucun cas de contamination à la rage. En fait la prolifération des chiens errants enregistrés au niveau des zones où prolifèrent également des chantiers de constructions, les chiens étant utilisés dans ces lieux pour assurer le gardiennage à la place des agents de sécurité qui dorment généralement la nuit. Il importe à signaler que les chiens errants ne représentent pas tous une menace, de nos jours des associations en prennent soins et des voix de lèvent pour les défendre. Si au lieu de se lancer dans une campagne d’abattage des chiens errant, les services habilités notamment les communes qui ne disposent ni de moyens de ramassage ni de fourrières canines se lançaient dans une opération de vaccination de ces animaux qui ont toujours été les meilleurs amis de l’homme, le problème serait réglé. Hier, à l’ouverture d’une rencontre virtuelle de sensibilisation sur la maladie, organisée par visioconférence au siège du ministère en célébration de la Journée internationale de la lutte contre la rage, et réunissant les responsables de santé concernés à travers le territoire national, le ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, Abderrahmane Benbouzid a plaidé pour « la vaccination systémique » pour les propriétaires d’animaux, assurant « la disponibilité et la gratuité » des vaccins à travers le territoire national. Il a indiqué que le but des pouvoirs publics est d’atteindre un objectif de « 0 cas » de rage en Algérie, rappelant que 15 à 20 % des cas s’avèrent mortels.