Les enquêtes épidémiologiques demeurent l’unique solution pour circonscrire la propagation de la pandémie de la Covid-19, a soutenu, jeudi à Tizi-Ouzou, le Pr Mohamed Belhocine, président de la cellule opérationnelle chargée d’investigation et de suivi des enquêtes épidémiologiques.
S’exprimant à l’ouverture d’un atelier sur la surveillance épidémiologique de la Covid-19 au à l’EHS de Draa Ben Khedda, le Pr Belhocine a insisté sur l’importance de ces enquêtes qui demeurent, a-t-il souligné, « la seule et la meilleure solution de circonscrire la pandémie au sein de la société ».
« A l’heure actuelle, il n’y a aucune solution face à la pandémie, ni médicament, ni vaccin efficace et la seule solution demeure sa maîtrise et sa circonscription à travers les enquêtes épidémiologiques et le recours au confinement des sujets contacts pour couper les chaines de transmission », a-t-il soutenu.
Tout en admettant la difficulté de mener toutes les enquêtes nécessaires, il fera remarquer qu’ »aucun pays ne possède de solutions miracle et ces enquêtes demeure l’unique solution auxquelles il n’y a pas d’alternative ».
Aujourd’hui plus que jamais, a-t-il considéré, à la veille des rentrées scolaire et universitaire ainsi que la reprise des compétitions sportives et de la vie sociale en général, « le respect des mesures préventives et la vigilance doivent être de mise ».
Le Pr Belhocine, s’appuyant sur les recommandations de l’OMS fera remarquer qu' »aucun pays au monde n’a de solution pour cette pandémie et nous sommes obligé de respecter les fondamentaux du contrôle de la pandémie à travers l’identification des malades et leur traitement et la recherche des contacts et leur isolement ».
S’agissant de la levée du confinement, il a estimé qu’il n’est pas qu' »une mesure technique et répond à plusieurs paramètres », soulignant que nous sommes « obligés de rester plus prudent tant qu’e le virus circule encore ».
Par ailleurs, quelque 2 300 enquêtes épidémiologiques ont été menées par les 08 équipes mobilisées à cet effet depuis le début de la pandémie à Tizi-Ouzou, a indiqué, pour sa part, le Docteur Sadjia Chekroun, qui a dressé un état des lieux de la situation épidémiologique au niveau de la wilaya.