Boualem. Belhadri

L’arrêt dangereux des automobiles génère parfois des suites irréparables aux usagers de la route, tous usages confondus. Ces jours-ci cette infraction, qui a tendance à se généraliser dans les us de nombreux conducteurs, est la cause de plusieurs accidents de la circulation, révèle un communiqué de la sûreté de wilaya d’Ain Témouchent, transmis à notre rédaction, jeudi dernier. La direction générale de la sûreté nationale, initiatrice d’une grande opération à travers le territoire national a lancé cette action d’intérêt communautaire, qui s’inscrit dans le cadre du renforcement des actions de proximité au profit des usagers, automobilistes et piétons. Elle s’est déroulée sous le sceau caractéristique « l’arrêt dangereux est très coûteux et dangereux, des vies s’éteignent et des embouteillages fatigant et stressant. »
Il est ciblé par cette campagne la sensibilisation afin que les automobilistes aient des attitudes plus responsables à bord d’un véhicule, car il faut l’avouer, ce sont des gestes faciles qui peuvent épargner des pertes humaines et matériels que beaucoup de gens ne voient pas l’utilité de les prendre quand ils sont au volant. Des automobiles à Hammam Bou Hadjar, s’en foutent pas mal. Ils n’ont pas le moindre scrupule pour qu’ils fassent attention là où il faut se garer. La preuve est là et allez-y voir du côté du marché et de l’agence des voyageurs.
L’arrêt dangereux, voir provocateur stresse les chauffeurs et est souvent un mobile pour retarder les gens et créer des bouchons en plein centre-ville. A Ain Temouchent ce sont des commerçants qui squattent des rues.
Le problème a été posé à maintes reprises mais demeure entier à l’heure où l’on met sous presse.
L’occasion a permis aux policiers de donner tout un cours sur ça et de revoir avec les chauffeurs les dispositions prévues par le code pénal et le code de la route.