Le Président De La République, M. Abdelmadjid Tebboune, s’est recueilli dimanche matin au sanctuaire des martyrs à Alger, à la mémoire des martyrs de la glorieuse guerre de libération nationale. le 58eme anniversaire de l’indépendance du pays a la particularité cette année d’être célébré en présence de restes des pionniers de la révolution de libération de l’Algérie. le président de la république, Abdelmadjid Tebboune, chef suprême des forces armées, ministre de la défense nationale et des hauts responsables de l’état, a également a présidé la cérémonie officielle d’inhumation des restes mortuaires des 24 résistants algériens à la colonisation française au 19e siècle, au carré des martyrs du cimetière d’el alia. rapatries vendredi à Alger a bord d’un avion militaire des forces armées en provenance de France, les restes mortuaires, conserves depuis plus d’un siècle et demi au muséum d’histoire naturelle de paris, sont ceux notamment de Mohammed lamjad ben Abdelmalek, dit CherifBoubeghla, cheikh Ahmed Bouziane, chef de l’insurrection de Zaatcha, Cherif bouamar ben kedida, si Mokhtar ben Kouider al-titraoui et d’autres de leurs frères, dont un jeune résistant d’à peine 18 ans de la tribu de benimenasser, nomme Mohamed ben hadj.

Les 24 chefs de résistance populaire inhumés au carré de martyres du cimetière El Alia

Le samedi les Algériens, venus en masse de diverses wilayas du pays, ont rendu, un émouvant et solennel hommage aux 24 résistants à l’occupation française, dont les cercueils contenant les restes mortuaires couverts de l’emblème national ont été exposés au grand public au palais de la culture Moufdi Zakaria. Ce 58ème anniversaire de l’indépendance a la particularité d’être le jour du retour des premiers résistants à la colonisation française en Algérie, à la terre qu’ils ont défendu et arrosé de leur sang. Hier, dans un cortège funèbre, les cercueils portant les restes mortuaires de 24 chefs de la Résistance populaire à la colonisation française, est arrivé en milieu de matinée au cimetière d’El-Alia pour leur mise en terre au Carré des martyrs.
Le cortège funèbre, à sa tête le cortège présidentiel, s’est ébranlé peu auparavant du Palais de la Culture « Moufdi-Zakaria » où se trouvaient les cercueils, recouverts de l’emblème national et entourés de gerbes de fleurs. Les 24 chefs de la résistance populaire ont été enterrés au Carré des martyrs du cimetière d’El-Alia.
La restitution des crânes des résistants algériens à la colonisation française, conservés depuis plus d’un siècle et demi au Musée d’histoire naturelle de Paris, constitue une des principales revendications de l’Etat algérien sur la question de la mémoire.
La restitution des crânes de ces résistants avait fait l’objet d’une demande officielle de l’Algérie à la France et la question avait été soulevée lors d’entretiens entre les plus hautes autorités des deux pays.
Une commission technique composée d’experts algériens avait été mise en place pour procéder à l’identification des crânes de ces résistants algériens.
Le Premier ministre, Abdelaziz Djerad, a salué le rôle de Ali Farid Belkadi, historien et anthropologue, pour avoir découvert l’existence des crânes des martyrs, au cours de ses recherches au Musée de l’homme de Paris et du chercheur Brahim Sennouci pour sa pétition sur internet qui a « contribué à faire connaitre les génocides perpétrés par la France coloniale durant 132 ans de présence en Algérie ».