Le non-respect de la distanciation au niveau des bureaux de postes augmente le risque de contaminations

41

Boualem. Belhadri

Impossible d’imposer la distanciation sociale, l’un des points essentiels prévus dans les mesures de prévention et de lutte contre la pandémie de covid-19.
Le 24 de chaque mois c’est le jour consacré au paiement des pensions et retraites des personnes âgées et des retraités. Même en dehors de cette période l’on se retrouve avec une affluence qui dépasse tous les pronostics des plus avisés des observateurs. Les causes sont multiples et variées. Un bureau de poste pouvant recevoir une dizaine de personnes en période normal se voit entouré par une importante masse de retraités et autres ce jour. Il y a qui ont pris l’habitude de se rendre assez tôt au bureau de poste pour percevoir sa pension ou sa retraite. Il s’agit-là de personnes âgées, certaines visiblement atteintes de maladies. Quel est ce génie qui, en pareille situation, pourrait contenter tout ce monde là? La réponse est facile et attendue? A El Amria, le bureau de poste assez exigu était pris d’assaut si l’on ose dire ainsi.
On a assister à des scènes déplaisant. Et il a fallu la mobilisation des agents de la protection civile et des scouts musulmans algériens pour mettre tant soit peu de l’ordre. Dans une certaine manière il était bon de séparer les hommes et les femmes. La distribution des bavettes et la sensibilisation des retraités dont beaucoup ignoraient les règles élémentaires du port de la bavette.
Entre femmes les choses étaient plus coule et assez fluides. Doubler l’effectif des agents postaux et prévoir un bureau de poste ambulant était l’une des solutions que la direction d’Algérie poste avait utilisé. Elle a eu son fruit. Le mois passé. Les belles choses ne doivent pas cessées. Il fallait réitérer cette expérience et ne pas se contenter d’une seule fois. L’administration d’Algérie Poste a -t-elle les moyens suffisants pour rééditer l’expérience du mois passé? Espérons.