Boualem. Belhadri

Les souks hebdomadaires à bestiaux, d’Ain El Arbaa et d’Ain Témouchent qui se tiennent respectivement le mardi et le jeudi sont sous les feux de la rampe à 06 semaines de l’Aid El Kebir, la rituelle fête de sacrifice du mouton. Et en égard aux circonstances actuelles relatives à la pandémie de coronavirus, d’une part, et les risques pouvant générer des zoonoses, maladies transmissibles de l’animal à l’homme, d’autre part, le ministère de l’agriculture et du développement rural et la pêche « a instruit les représentants du secteur, de veiller à la mise en œuvre des mesures de prévention prises par les pouvoirs publics pour éviter la propagation de la pandémie, au niveau des marchés et des points de vente des moutons de l’Aïd à travers le territoire national.

La direction des services agricoles, de la wilaya d’Ain Témouchent, a, à l’instar de ses homologues à travers le territoire national, a mis au point une feuille de route visant à sécuriser les points de ventes traditionnels de moutons et les souks hebdomadaires à bestiaux contre non pas uniquement le coronavirus qui continue à inquiéter la communauté nationale et internationale quant à un regain avéré réel de la pandémie mais aussi la sensibilisation des populations contre les zoonoses. A ce propos, le ministre a également appelé à « impliquer les représentants des professionnels dans les opérations de sensibilisation et de contrôle continu afin de garantir le respect des mesures préventives par les éleveurs et les citoyens au niveau des marchés et des points de vente des moutons ». Selon la même source, les participants à la réunion ont abordé la situation du cheptel national, tant en termes de production que de suivi vétérinaire. A ce propos, le ministre a donné des instructions pour la mise « en place des patrouilles mobiles, composées de vétérinaires et de techniciens, afin d’effectuer des visites sur terrain au niveau des marchés pour assurer une couverture vétérinaire et répondre aux besoins des éleveurs et aux demandes des citoyens. » Sur le plan théorique ceci est le mieux indiqué mais sur le plan pratique ce n’est pas aussi facile que ça. Les gens ont cette prédisposition à s’orienter vers les fermes et les éleveurs occasionnels qui pratiquent l’engraissement des moutons trois à quatre mois avant l’Aïd. Les fermes se trouvent le plus souvent dans les zones d’ombre et éparses éparpillées sur l’ensemble du territoire de la wilaya d’Ain Témouchent. Porter une bavette et aller en direction des éleveurs des zones d’ombre n’est pas une chose de coutume que chaque citoyen à l’habitude de faire. Et pour étayer ce que l’on avance, la commission de wilaya de veille et de suivi de la pandémie de covid-19, en étroite collaboration avec les inspections vétérinaires et les professionnels à fonction libérale ainsi que les représentants des scouts musulmans algériens, a investi les souks hebdomadaires à bestiaux d’Ain El Arbaa et d’Ain Témouchent. Les acteurs munis d’une mission bien spécifique ont procédé à la distribution de bavettes aux éleveurs et les usagers des marchés à bétail. Le kyste hydatique et d’autres maladies ont été l’objet d’une campagne de sensibilisation visant « à vulgariser des mesures préventives devant être observées au niveau des marchés de bétail, et ce, après la réouverture des marchés de bétail et en préparation à l’Aïd El Adha ». Cependant, selon le président de la Fédération nationale des éleveurs, « les prix des moutons de l’Aïd El Adha 2020 en Algérie seront stables ». Le paramètre principal d’une telle stabilité, poursuit-il, est le Coronavirus. « En prévision de l’Aïd El Adha en Algérie, les moutons seront vendus cette année 2020 à des prix stables.