Boualem. Belhadri

Depuis quelques jours, les éboueurs sont confrontés dans leur mission quotidienne à prélever des déchets spéciaux, des gangs et des masques jetés par terre, après utilisation. Il s’agit des moyens de prévention utilisé par les citoyens, des adultes pour se prémunir contre la propagation du corona COVID-19. Ainsi les éboueurs se retrouvent confronter au risque de la contamination. Une responsable de l’APC d’Ain Temouchent a eu le courage de soulever ce problème, « Ce geste d’incivisme est aussi une preuve du manque de considération envers ceux qui nettoient pour nous, et préservent notre environnement. ». Notre interlocutrice, « condamne ce manque de civisme et invite ceux animés de bonne volonté à le combattre. ». Elle a souligné que « les éboueurs et les balayeurs travaillent malheureusement dans des conditions pénibles, parfois sans les moyens nécessaires gangs et tenues spéciales, ils sont les premiers à encourir le danger de la contamination au COVID-19. ». Elle ajoutera, « les gangs et masques jetés après utilisation dans les rues disposent également les enfants au danger de la contamination. ». En fait, dans leur innocence et leur inconscience, les enfants peuvent réutiliser les gangs et les masques jetés par terre. Notre interlocutrice soulignera que « Les masques et les gants jetés par les adultes sont des déchets spéciaux qui doivent être incinérés dans des incinérateurs des hôpitaux. Les éboueurs n’ont pas à les prélever pour les jeter au niveau des décharges sauvage où ils seront manipulés par d’autres personnes. ».