La création de la fondation Belhadj Bouchaib contribuera à l’écriture de l’histoire

Ain Témouchent a célébré le huitième anniversaire de sa mort

32

Boualem. Belhadri

On a tendance à croire que certains esprits apprécient bien la monotonie et ne veulent pas que les choses bougent, dans le temps et dans l’espace, même si cela aurait des conséquences positives sur plusieurs plans allant dans le sens de l’amélioration des prestations de services au profit du citoyen. Ce mercredi 22 janvier 2020, la wilaya d’Ain Temouchent a célébré le huitième anniversaire de la mort de Belhadj Bouchaib dit Ahmed, l’une des figures historiques et membres des 22 personnalités qui ont préparé et explosé la guerre de libération nationale. Curieusement, alors que l’établissement universitaire a été promu en université, sur une affiche précédant la présentation d’un documentaire sur la vie de Belhadj Bouchaib, on lisait toujours l’appellation « centre universitaire Belhadj Bouchaib ». Même la présentatrice et le SG de la wilaya ont fait de même sans que l’on rappelle à l’assistance, et c’est le plus important, que le Gouvernement, en date du 04 décembre avait examiné et adopté 06 projets de décret exécutif portant promotion de centres universitaires en universités. Il s’agit des centres universitaires des wilayas de Tamanrasset, Mila, Tissemselt, Tipaza, Ain Temouchent et Relizane. Intervenant au terme de l’adoption des projets de texte, le Premier ministre a indiqué que la promotion de ces centres universitaires en universités vient couronner les investissements conséquents débloqués par l’Etat en vue de les développer, ainsi que les efforts consentis par les staffs administratifs et pédagogiques de ces universités.
La salle était quasiment vide, a noté le SG de la wilaya alors qu’il espérait voir beaucoup d’étudiants assister à cette journée d’étude organisée conjointement par la direction des moudjahidine et l’université.
A vrai dire certains responsables paraissaient désintéressés et jouaient le rôle de figurants. Se réunir puis se séparer sans que la journée d’étude s’ouvre par des recommandations claires pouvant faire l’objet de propositions effectives et réalisables est quelque peu un manque d’équité en vers Belhadj Bouchaib. Réfléchir à créer une fondation portant son nom est une contribution de l’écriture de l’histoire.