Fatima B. 

Garer sa voiture pour la retrouver le lendemain sans pneus, posée sur des briques, est une situation que tout automobiliste ne peut tolérer ni supporter, malheureusement des dizaines d’habitants des cités AADL de la localité Ain El Beida, celle des 2500 et 2700 logements, ont fait cette amer expérience. Ils ont retrouvé leur véhicule, sans pneus et même sans rétroviseurs, comme quoi que les voleurs ont opéré à leur aise. En fait les vols de pneus et d’accessoires des véhicules garés dans les parkings entourant les cités suscitées, se produisent depuis des mois, « sans que les services de sécurité interviennent » selon les riverains. Ils indiqueront « avoir déposé plusieurs plaintes auprès des services de sécurité, mais la situation va de mal en pis, les vols enregistrent  une recrudescence alarmante.». Les agressions sont un autre indice d’insécurité dans ces cités dépourvues de structures de sécurité, « entre une ronde et une autre, un vol, une agression et même un crime peut être commis », s’insurgent les habitants des cités AADL. « Les pouvoirs publics parlent de livraison de cité dotées de toutes les commodités et les structures d’accompagnement nécessaires, mais la réalité est autre, s’il y a école il n’y a pas CEM et s’il y a CEM, il n’y a pas lycée, sans parler de l’absence de marchés, de centres de santés, de magasins ou autres. Cependant le plus grand souci des riverains, demeure l’absence de la sécurité. « Nous rentrons chaque jour chez nous en ayant peur de retrouver nos maisons cambriolés et même quand on est chez soi, on a peur de se faire attaquer. » se plaignent des habitants des cités AADL de Ain El Beida. Ces derniers demandent l’ouverture de sûretés urbaines ou de brigades de gendarmerie qu’importe, l’essentiel pour eux c’est de retrouver un semblant de sécurité.