Azzedine Mihoubi, promet que les reformes politiques qui seront engagées « répondront aux revendications populaires exprimées par la majorité des citoyens » durant le Hirak, en consacrant l’Etat de droit et garantissant la justice sociale. A ce titre, un « large débat national » sera organisé avant d’engager un processus de révision de la Constitution, précise le programme du candidat à la magistrature suprême. Selon le candidat du Rassemblement national démocratique (RND), la nouvelle Constitution consacrera, notamment, « la séparation et l’équilibre des pouvoirs et affirmera le contrôle de l’action de l’exécutif par le législatif ».