Boualem. Belhadri

« Pas moins de 6000 comprimés de psychotropes et 350 kg de kif traité ont été saisis par les services de sécurité de la wilaya d’Ain Témouchent durant le premier semestre de l’année en cours », avait déclaré Ammar Medjdoub, le chargé de la direction opérationnelle de prévention et de sécurité, de la wilaya d’Ain Temouchent, lors de la rencontre qu’il a présidée, la semaine écoulée et à laquelle ont été conviés plusieurs responsables des services de sécurités et représentants de secteurs concernés par la prévention et lutte contre les fléaux sociaux ainsi que des partenaires de la société civile.
Cette rencontre a été une occasion pour évaluer les différentes campagnes de sensibilisation menées depuis le début de l’année. L’année 2020 sera une période importante et devrait faire l’objet de l’élaboration d’un plan d’action de lutte contre les fléaux sociaux y compris le phénomène de l’émigration clandestine qui a défié tout le monde et qui constitue une plaie sanguinolente difficile à cicatriser par les temps qui courent. Ils y a, d’un côté, des harragas qui fuient leur pays pour rentrer en Algérie et espérer trouver des occasions pour travailler comme c’est le cas des marocains et des tunisiens ainsi que des africains et il y a, de l’autre, des algériens, de plus en plus nombreux, qui quittent leur pays dans l’espoir de joindre la rive sud de la méditerranée. Un grand paradoxe qui en dit long et qui suscite préoccupation et consternation des autorités politiques et les pouvoirs publics qui restent dans l’incapacité de pouvoir faire quelque chose pour arrêter ce phénomène social des plus complexes. Aussi l’année 2020 verra les efforts de la commission multipliés, d’une part, et focalisés à l’endroit des écoliers des trois paliers tout en insistant sur le cycle primaire.