Boualem. Belhadri

L’Algérienne des eaux de la wilaya d’Ain Témouchent croule sous le poids des créances impayées qui ont atteint à fin du premier trimestre 2019 à plus de 31 milliards. Cette situation des plus critiques est une menace omniprésente et met les responsables de la société dans l’embarras à tel point que les préjudices sont d’ordre économique et social à plus d’un titre. Nonobstant les facilités dédiées aux abonnés, toutes consommations confondues, les mauvais payeurs persistent et signent et ne veulent profiter des mesures d’élargissement offertes à leur endroit en vue de pouvoir payer leur dette par facilité selon un calendrier qui répond à leurs doléances et leurs moyens financiers. Durant toute l’année, l’algérienne des eaux invite, par le biais de la radio locale, les mauvais payeurs à s’approcher de ses services pour s’acquitter de leurs dettes mais en vain. Selon la chargée de la cellule de communication de l’unité d’Ain Temouchent, les ménages occupent 65% des créances impayées globales. Ceci représente soit une dette de 178 840 200 DA. Cette dernière a révélé, par ailleurs, que les responsables des quatre centres payeurs de la wilaya d’Ain Temouchent, ont été instruits pour prendre les mesures appropriées à l’encontre des mauvais payeurs récidivistes.