Jalil.M

En pleine opération « Mendjel » plusieurs hommes d’affaires et autres cercles proches de la famille de l’ex-président de la république Abdelaziz Bouteflika sont sous les feux de la rampe, après les grands ténors de la fameuse « Isaba » c’est au tour des petits entrepreneurs et les responsables des services dans les différentes administrations. A Oran plusieurs dossiers classés secrets, sont épluchés, ce qui va résulter une grande vague d’arrestations visant ceux qui s’avèrent corrompus et ceux ayant profité de la « rente » des Bouteflika. Selon nos sources les services de la Gendarmerie ont bel et bien lancé cette grande enquête, et ont mis la main sur des documents accablants des personnalités jusque-là intouchables. L’une des sources de ces dossiers est l’agence nationale de développement de l’investissement (ANDI) qui a été très courtisée durant les 20 dernières années par les hommes d’affaires et les entrepreneurs qui se bousculaient aux portes de l’agence wilaya, qui était pour eux, l’un des maillons forts pour faire de l’argent et raccourcir la montée au sommet. Durant les quatre mandats de Bouteflika, le nombre des richissimes hommes d’affaires qui avaient main basse sur les grands projets chacun dans un secteur précis, a sensiblement explosé. Du jour au lendemain, de simples entrepreneurs ont multiplié leurs chiffres d’affaire grâce aux aides de l’Etat et ses institutions, notamment les banques et les agences de développement de l’investissement.
Aujourd’hui, la source de la manne financière a été fermée, place désormais, il faut rendre des comptes.
La wilaya d’Oran a toujours été considérée comme un eldorado des investisseurs qui veulent une visibilité plus grand et des revenus plus conséquents en s’installant dans la capitale de l’ouest. De Haddad à Benhammadi en passant par Rebrab, toutes les grosses pointures du « showbiz » dont la plupart sont aujourd’hui en taule ont plusieurs biens et projets à El Bahia, grâce aux facilitations accordées par les différents walis qui se sont succédé à la tête de l’exécutif, contre une place au sein du gouvernement.
Selon nos sources, plusieurs noms figurent parmi une longue liste de personnalités interdites de quitter le territoire du pays, en attendant la fin des enquêtes. Des noms de bénéficiaires très célèbres d’autres moins connus, passent sous la loupe des enquêteurs qui ne tarderont pas à établir leur rapport final, avant de passer la main à la justice pour d’éventuels mesures judiciaires.
L’opération « Mendjel » suit son cours, au grand bonheur des citoyens qui ont longtemps entendu parler de ces scandales impliquant des richissimes investisseurs sous la haute protection des décideurs de l’époque.
En 2018, le bilan de l’Agence nationale de développement de l’investissement (ANDI) s’est établi à 4.125 projets pour un montant de 1.676 milliards de DA, destinés pour la plupart au secteur industriel.