Boualem. Belhadri

En évoquant d’éventuels événements pluvieux qui peuvent s’abattre sur les zones à risque majeur, de la wilaya d’Ain Témouchent, le maire d’Ain Kihel dont la commune enregistre plusieurs points noirs à endiguer, sans tarder, avait posé le problème de l’exiguïté d’un ponceau situé à l’entrée sud de la ville et qui pourrait être obturé par les crues automnales si elles s’avèrent intenses et exceptionnelles. Il dira « l’oued s’est élargi, il nécessite un recalibrage et la réalisation d’un pont bien dimensionner pour pouvoir drainer les eaux de pluies sans causer des inondations dans les parties névralgiques de la ville notamment celles situées au nord et nord-ouest. S’adressant au wali et par ricochet à son collègue des travaux publics, le maire a réitéré sa proposition pour l’inscription d’une opération portant étude et construction d’un pont. La cheffe de l’exécutif a ordonné le directeur des travaux public pour voir ce problème et décider de la faisabilité d’un pont. Il y a un autre organisme qui détient les données hydrologiques et pluviométriques de la zone d’Ain El Kihel. Il faut le toucher pour s’exprimer sur le problème en termes de crues récurrentes et les risques qu’elles peuvent encourir.