Belmadani Hamza

La mer méditerranée est largement utilisée pour le trafic de la drogue qui est transporté des pays producteurs jusqu’aux bassins de consommation. Une simple interception d’un voilier battant pavillon allemand et ayant subi une panne technique au nord du Cap Falcon (wilaya d’Oran) a permis à nos forces navales de découvrir une énorme quantité de kif s’élevant à 52 quintaux et 95 kg. L’information de l’interception a été communiquée par le Ministère de la défense avant-hier, et une vidéo du sauvetage a été filmé et diffusé sur la télévision nationale.
Trois (3) personnes de nationalités étrangères ont été évacuées saines et sauves vers l’EHU, ou elles ont été prises en charge. Mais les gardes de cotes ont eu la grande surprise de découvrir cette grande quantité de kif après le remorquage de ce voilier et sa fouille au port d’Arzew.
Auparavant, une autre vidéo a été également diffusée sur les réseaux sociaux, montrant un remorqueur du port d’Arzew (Tassina 4) durant la nuit qui procédait au sauvetage du voilier, mais personne ne se doutait qu’une grande quantité de drogue était dissimulée dans des soutes. Cette découverte par les forces navales démontre encore une fois que la vigilance doit toujours être présente, une simple interception d’un bateau peut cacher une grande surprise. Heureusement que le voilier est tombé en panne et que les vents qui ont soufflé sur Oran, avant-hier, l’ont dirigé vers les eaux territoriales algériennes, sinon, il aurait continué son chemin vers sa destination.
Les 03 étrangers pour brouiller les pistes et tenterde tromper la vigilance des forces navales, auraient déclaré « qu’ils étaient dans une traversée de la méditerranée à partir de l’Espagne jusqu’en Grèce.
En exécution des instructions émanant du général de Corps d’Armée, vice-ministre de la Défense nationale, Chef d’Etat-major de l’Armée nationale populaire portant sur la nécessité de booster la vigilance et les efforts de la protection et la sécurisation des eaux territoriales de notre pays, et suite à l’opération de recherche et de sauvetage menée par des unités relevant de nos Forces navales à savoir le bâtiment d’escorte Mourad Raïs 901, vedette SAR 224 et l’hélicoptère SAR LS-16, permettant, hier 10 septembre 2019, de porter secours et assistance à trois (3) personnes de nationalités étrangères qui étaient à bord d’un voilier battant pavillon allemand et ayant subi une panne technique à 15 miles nautiques au nord du Cap Falcon, wilaya d’Oran (2e Région militaire), et après avoir effectué les procédures réglementaires en vigueur et suite au remorquage dudit voilier au port d’Arzew et sa fouille par des Garde-côtes, une grande quantité de kif traité s’élevant à 52 quintaux et 95 kilogrammes a été découverte et saisie », a annoncé le Ministère de la défense dans un communiqué.
L’enquête avec les concernés « est toujours en cours pour cerner tous les détails de cette opération », précise le communiqué. Le MDN affirme que « ces résultats de qualité, qui s’inscrivent dans le cadre des efforts continus visant à contrecarrer la propagation du fléau du narcotrafic dans notre pays, vient s’ajouter aux multiples opérations ayant permis de déjouer l’introduction et le colportage de ces poisons, et réitèrent le haut professionnalisme, la vigilance et la disponibilité permanentes qui caractérisent l’ensemble des Forces de l’ANP dans sa lutte contre la criminalité organisée multiforme », conclut le communiqué.
L’enquête devra révéler dans les jours à venir toutes les informations concernant cette cargaison, sa source et sa destination. Cette découverte à Oran pourrait être la porte du démantèlement d’un grand réseau international de trafic de drogue dont l’enquête pourra impliquer des pays de la méditerranée.
Notons que les réseaux sont divers et variés selon le type de la drogue et la distance parcourus. Ils existent également les « Go Fast », il s’agit des bateaux chargés de drogues et qui traversent la méditerranéeà grande vitesse notamment au niveau des eaux du détroit de Gibraltar. Ces bateaux réalisent des trajets courts entre le Maroc et l’Espagne.
Au mois de mai dernier, 7,4 tonnes de cannabis avaient été saisies sur un bateau rapide par la marine française au large de la méditerranée. Cette quantité représente un montant estimé à 52 millions d’euros à la revente.