Belmadani Hamza

Suite à la découverte du poisson mort au lac Oum Ghellaz a Oued Tlélat au courant du mois de juin dernier, de nouvelles mesures viennent d’être décidées récemment pour éviter le déversement des eaux usées des unités industrielles situées sur la zone industrielle de cette localité.

En effet, après une vingtaine de mises en demeures qui ont été adressées aux entreprises polluantes suite à des sorties de la commission wilaya des établissements classés, une autre décision a été prise concernant l’interdiction du déversement des eaux par les camions vidangeurs des unités industrielles qui déversaient leurs eaux directement sur le lac. Pour cela, une convention sera bientôt signéeavec la SEOR. Il a été convenu que ces camions se dirigeront vers la station d’épuration d’El kerma. Ce qui épargnera au lac Oum Ghellaz, des eaux usées et toxiques. Ces mesures qui doivent être soumises à un suivi rigoureux de la part des autorités locales et ont été élaborées en attendant la réalisation du projet de la station d’épuration d’Oued Tlélat qui mettra fin définitivement au problème du rejet des eaux usées dans le lac Oum Ghellaz.

Notons que l’étude du projet de la STEP d’oued Tlélat a été finalisée et nécessite une enveloppe financière de 3,5 milliards de dinars. La réalisation de ce projet qui date du quinquennal 2010-2014, est devenue une nécessité dans cette daïra qui enregistre une grande expansion urbanistique. Il s’inscrit dans le cadre des dispositions prises par les pouvoirs publics, pour le développement de la métropole oranaise qui nécessite une prise en charge urgente et particulière à accorder à l’assainissement et l’environnement.

Pour atteindre ces objectifs, la Direction des Ressources en Eau de la wilaya d’Oran a établi une stratégie de développement globale, pour l’amélioration des systèmes d’assainissement qui s’appuient sur un programme à court et moyen termes. Notons que la réalisation d’une STEP vise deux objectifs essentiels, à savoir : l’arrêt des rejets des eaux usées dans la mer et la réutilisation des eaux traitées pour l’irrigation des terres agricoles. L’objectif principal est d’éliminer les risques sanitaires. Ainsi, les eaux usées épurées, seront réutilisées pour l’irrigation de certaines cultures telles que l’arboriculture ou les fourragères. Ce genre de procédé d’épuration de plus en plus utilisé à travers le monde, notamment pour les petites communautés, présente beaucoup d’avantages. C’est un procédé écologique qui fonctionne sans utilisation d’énergie, ni apport de produits chimiques.