Belmadani Hamza

Une vingtaine de mises en demeures seront notifiées à des entreprises activant dans la zone industrielle d’oued Tlélat après des sorties d’inspection effectuées par la commission de wilaya des établissements classés suite à la découverte du poisson mort à Oum Ghellaz, a-t-on appris hier auprès de la directrice de l’environnement de la wilaya Mme Dahou Samira.
Ces sorties, ont permis le control des rejets industriels et voir de près le respect de la réglementation en vigueur notamment les stations de prétraitement de ces rejets industriels. Notons que le 25 juin dernier, le ministère de l’Environnement et des énergies renouvelables, a dépêché une équipe pluridisciplinaire composée d’un inspecteur, d’expert en biologie, d’un chercheur algérien volontaire de renommée internationale et des cadres des organismes sous tutelle à savoir, l’Observatoire nationale de l’environnement et du développement durable et le commissariat national du littoral au niveau du lac Oum Ghellaz. Un premier constat a révélé ainsi que la première cause conclu par les experts sur la mort des poissons et l’asphyxie due à une très faible concentration d’oxygène dissous dans l’eau. Plusieurs mesures ont été prises premièrement à court terme notamment, le prélèvement d’eau par l’observatoire national de l’environnement et du développement durable pour effectuer des analyses physico-chimique, prise d’échantillons de poisson pour analyse enlèvement et enfouissement du poisson mort ainsi que l’organisation de visite de contrôle des unités industrielle environnantes pour vérifier les rejets.
A moyen terme, les services du ministère vont accélérer la concrétisation du projet relatif à la réalisation de la station de traitement des eaux usées qui est en cours de lancement par le ministère des ressources en eau. A long terme. Il est prévu d’agir dans le sens du classement du lac en l’une des catégories d’aires protégée conformément à la loi numéro 11 02 du 17 février 2011 relative aux aires protégées dans le cadre du développement durable ce qui lui conférera, un cadre réglementaire et protecteur contre toute forme de dégradation aux catastrophes.