Belmadani Hamza

La commission de l’aménagement du territoire et des transports de l’APW d’Oran a proposé un projet de «groupement des transporteurs privés » à Oran dans l’objectif de la restructuration et l’organisation du transport dans la capitale de l’Ouest.

Selon le rapport de la commission présenté hier lors de la 2eme session ordinaire. Le secteur des transports à Oran souffre de plusieurs problèmes, notamment l’encombrement des lignes mal organisés, notamment au niveau du rond-point d’El Morchid, ou plusieurs lignes se croisent notamment (53, 103, 102, 42, 41, 51, 11). Le même cas est aperçu au rond-point de la  pépinière.

Selon la commission en question, des lignes enregistrent un surplus dans le nombre de bus, dans d’autres, c’est totalement le contraire, une situation qui pénalise le quotidien des citoyens et tout particulièrement les usagers.

Le rapport soulève également le problème de l’aménagement des abris-bus, et le retard dans le départ des bus à cause des receveurs et des chauffeurs. Ce qui a poussé le citoyen à faire recours aux transporteurs clandestins. La commission a lancé un appel au wali d’Oran Mouloud Cherifi pour la mise en place d’une autorité de régulation dans le secteur des transports.

Notons que le projet de groupement des transporteurs privés vise l’organisation du secteur des transports à Oran. Les transporteurs ne travailleront plus individuellement, ce groupement a été soumis à un cahier de charges bien précis. Le statut a été élaboré auprès d’un notaire et les transporteurs pourront travailler sous le même nom. Ce groupement englobe des bus de plusieurs lignes à l’instar du B, 103, 51 et 11. Il va activer dans le cadre d’un partage de réseau avec l’établissement de transports urbains et suburbains d’Oran (ETUSO) et le tramway d’une façon bien organisée, ce qui permettra d’éradiquer l’anarchie entre les lignes, avec la création de nouveaux points de liaison entre ces lignes.

Pour adhérer à ce groupement, la liste selon notre interlocuteur est ouverte, mais des conditions doivent être respectées par les transporteurs, comme  la propreté des bus, une tenue uniforme pour les chauffeurs et receveurs, ces derniers doivent également être assurés auprès de la CNAS. Notons que le transport urbain a été toujours un véritable «casse-tête » pour les services concernés, malgré les efforts de la direction des transports et des syndicats pour tenter d’organiser le transport urbain. Les dépassements continuent quotidiennement et l’usager se retrouve face à plusieurs problèmes. En plus de la vétusté de quelques bus et l’absence du respect et de la propreté dans d’autres. Les usagers ne savent pas à quel saint se vouer.

Malgré la multiplication des dépassements, l’absence d’une culture de dénonciation a aggravé la situation, plusieurs citoyens ne se déplacent pas vers la direction des transports pour dénoncer ces dépassements. Selon des sources de la direction des transports de la wilaya, plusieurs transporteurs ont été sanctionnés suite à des doléances de citoyens, mais cela reste insuffisant, vu que même le nombre des contrôleurs ne suffit pas à couvrir toutes les lignes et les bus, surtout avec l’expansion urbanistique qu’enregistre la ville ces dernières années, et la création de nouvelles lignes de transports.