Z.M

Une seule règle pour éviter tout danger de la mer, reste la prudence et avant la prévention et la sensibilisation en direction des estivants.

Comme chaque année on déplore malheureusement beaucoup de cas de noyades sur les plages du littoral oranais, mais pas seulement, puisque les oueds et les barrages connaissent eux aussi, ce phénomène de de cas de noyade par imprudence le plus souvent. Malgré la présence des équipes de maitres-nageurs mises en place aux abords des plages, il arrive que de baigneurs se mettent eu même en danger en allant faire trompette dans des plages interdites à la baignade et no  surveillées.

Dans ce contexte lié à la saison estivale, cinq personnes sont mortes par noyade et 352 autres ont été secourues à travers les plages de la wilaya d’Oran au mois de juin dernier, a indiqué mardi un communiqué de la direction de wilaya de la protection civile.

Les cinq morts par noyade ont été enregistrés sur des plages rocheuses et non surveillées, alors que les opérations de sauvetage ont eu lieu sur des plages où la baignade est autorisée.

Le nombre d’interventions de la protection civile a atteint 888 à travers les plages de la wilaya permettant de prodiguer des soins sur place à 488 personnes et de transférer 43 autres vers les centres de santé, a-t-on fait  savoir.

Les services de la protection civile ont recensé l’affluence de 616.000 estivants sur les 35 plages autorisées à la baignade de la wilaya d’Oran au mois de juin dernier.

 La prévention, première règle pour éviter les dangers de la mer 

Douze (12) personnes sont décédées par noyade en mer durant la période du 1er au 14 juin 2018, dont 09 au niveau de plages interdites à la baignade, selon un bilan diffusé par la Protection civile.

Le bilan relève également que 1.323  personnes ont été sauvées de la noyade dont 363 ont été traitées sur place au niveau des postes de secours des plages pour différents type de blessures et 153 blessés ont été évacués vers les structures sanitaires.

Selon la même source, la principale cause des noyades reste la baignade dans des plages interdites ou en dehors des heures de surveillance, c’est-à-dire en l’absence des éléments de la Protection civile chargés de la surveillance des plages et des baignades.

Pour éviter les pertes des vies humaines, la Protection civile rappelle que « la règle d’or reste la prévention ».

C’est pourquoi, les services de la Protection civile multiplient les campagnes de sensibilisation menées à travers les plages par les dispositifs de surveillances mis en place.

Ces campagnes visent à « inculquer aux citoyens la culture du risque de noyade au niveau des plages », a-t-on expliqué.

Les services de la Protection civile en appellent, à ce titre, à la conscience des citoyens pour éviter la perte en vie humaine,  soulignant que « savoir nager n’est pas un gage de sécurité ».