R.A

L’Algérie a importé pour 1,548 milliard de dollars de kits (SKD) destinés au montage automobile, durant les cinq premiers mois de 2019, contre près de 1,405 milliard de dollars à la même période de 2018, soit une hausse de 10,25%, a-t-on appris auprès de la direction générale des Douanes (DGD).

 Cette hausse s’explique, essentiellement, par les importations de collections SKD, destinées au montage des véhicules de transport de personnes et de marchandises, qui ont totalisé 383,85 millions de dollars durant les cinq premiers mois de 2019, contre 201,20 millions de dollars à la même période de comparaison en 2018, soit une hausse de 182,65 millions de dollars (+90,78), a précisé la direction des Etudes et Prospectives des Douanes (DEPD).

 Le montant de l’importation des collections SKD utilisées dans le montage des véhicules légers a atteint, quant à lui, 1,164 milliards de dollars durant les cinq premiers mois de 2019, contre près de 1,104 milliard de dollars à la même période de 2018, reculant de 39,15 millions de dollars, soit -3,25%.

 De janvier à mai dernier, c’est les importations de collections SKD, destinées au montage des véhicules de transport de personnes et de marchandises, qui a tiré, essentiellement, à la hausse la facture globale des importations des SKD.

 Cette hausse a concerné aussi les importations des parties et accessoires des véhicules automobiles servant à l’entretien des véhicules d’occasion, qui ont atteint 168,81 millions de dollars contre 144,57 millions de dollars, en hausse de 24,24 millions de dollars, soit (+16,77%).Le montant des machines et appareils destinés à l’agriculture a été évalué à 31,79 millions de dollars, contre 16,99 millions de dollars, en hausse également de 87,06%, précisent les données statistiques des Douanes.

Les importations des machines, appareils et engins pour la récolte ou le battage des produits agricoles ont totalisé 11,20 millions de dollars contre 4,06 millions durant la période de comparaison déjà citée, soit une hausse de 175,71%.

En revanche, les importations des machines pour le nettoyage, le triages ou le ciblage des grains ou légumes secs, ont baissé à 12,76 millions de dollars au cours des cinq premiers mois 2019, contre 32,66 millions à la même période de 2018, en baisse de près de 61%.

Cette tendance baissière a touché aussi la facture des importations des tracteurs, qui a atteint 103,66 millions de dollars, contre 129,75 millions de dollars  (-20,11%).

En 2018, la facture globale d’importation des collections CKD/SKD destinées au montage de véhicules (de tourisme et utilitaires) et l’importation des véhicules de Transport de Personnes et de Marchandises (produits finis) s’est chiffrée à plus de 3,73 milliards de dollars en 2018, contre 2,2 milliards de dollars en 2017, en hausse annuelle de 1,53 milliard de dollars (+70%).

Le montage local des véhicules a réalisé une production de 4.500 véhicules industriels de 180.000 véhicules de tourisme en 2018, contre 110.000 véhicules de tourisme en 2017.

L’Etat observe la situation

L’intervention de l’Etat dans la filière du montage automobile vise à encourager les opérateurs sérieux à poursuivre l’activité et à identifier ceux qui ne remplissent pas les conditions, a indiqué un haut responsable du ministère de l’Industrie et des Mines.

« L’Etat intervient pour évaluer l’ensemble des partenaires et voir celui qui réunit les conditions pour poursuivre son activité et celui qui ne les réunit pas », a expliqué le directeur général du développement industriel et technologique, Mustapha Hamoudi, dans un entretien à l’APS.

A une question sur la limitation de l’importation des kits (SKD/CKD) destinés notamment au montage de véhicules, M. Hamoudi a indiqué qu »‘il n’existe pas un Etat qui constate que ses réserves de change se réduisent à cause des importations effectuées par deux ou trois secteurs et reste les bras croisés ».Selon lui, l’activité du montage automobile en Algérie « doit être organisée », relevant qu’une vingtaine d’opérateurs active actuellement sur le marché national du montage automobile.

M.Hamoudi a, en outre, indiqué qu' »il y’avait des aspects dans le décret régissant l’activité du montage automobile qui doivent être respectés pour l’obtention de l’agrément définitif et bénéficier des avantages accordés » par les pouvoirs publics.

Limitation de l’importation d’intrants, une mesure transitoire

La ministre de l’Industrie et des Mines, Djamila Tamazirt, avait affirmé en juin dernier que les mesures, appliquées dans la filière montage automobile, pour réduire la facture de l’importation des kits « CKD-SKD », étaient « transitoires » et visaient un réajustement de la balance des paiements.

« Il s’agit de mesures transitoires visant à réajuster la balance des paiements et à apporter des correctifs à même de mieux orienter le dispositif d’incitation dédié à la filière automobile », a-t-elle précisé lors d’une audience qu’elle avait accordée à l’ambassadeur d’Espagne en Algérie.

En mai 2019, des décisions importantes avaient été prises par le gouvernement pour faire baisser la facture d’importation des kits CKD/SKD destinés au montage des voitures touristiques, ainsi qu’à la fabrication des produits électroménagers, électroniques et de la téléphonie mobile.

Une correspondance adressée par la direction générale des Douanes à ses services, dont l’APS avait obtenu une copie, précise les quotas d’importation des kits « SKD »  alloués pour l’année 2019, aux quatre principaux constructeurs automobiles, dont les projets et les programmes de production (modèles) ont été validés par le Conseil national de l’Investissement (CNI).A cet effet, le document indique que le montant alloué à la SPA Renault-Algérie Production (RAP), pour cette année, est de 660 millions de dollars, dont 50% sont destinés aux véhicules d’une cylindrée inférieure à 2.000 cm3.

Concernant les modèles validés de ce concessionnaire franco-algérien, la correspondance cite la Renault symbole, la Clio 4 et la Dacia Sandero stepway.

Le montant alloué à la SARL Tahkout manufacturing company, a été plafonné, quant à lui, à 360 millions de dollars, dont 50% sont réservés aux véhicules d’une cylindrée inférieure à 2.000 cm3.

Les modèles validés par le CNI de ce concessionnaire sont: Hyundai Tucson, Santarém, Accent RB, Sonata , I10, I 20, et Créta.