Zitouni Mustapha
Au tout début, personne ne pouvait deviner l’ampleur qu’allait prendre le film « Ouled el Halal » et avec lui, des talents que l’on ne soupçonnait même pas alors qu’ils étaient juste la devant nous, sont soudain devenues, les stars tant attendues du renouveau de l’écran algérien.
Merzak et Zinou, Khaled, Lila et Dalila, ont crevé l’écran et ont réussi à retenir chez eux devant leur télé, des millions d’algériens de tout âge et de toute catégorie sociale, ils ont tout bonnement vidé les artères de la ville d’Oran et celles d’autres villes, a une heure ou elles devraient être pleines les soirées des ramadans précédents.
Les polémiques biscornues du pourquoi avoir choisi les ruelles étroites du quartier mythiques de Derb pour tourner un tel film, fait d’amour, de violences mais aussi de beaucoup de solidarité, il faut mettre cela sur le dos de quelques films concurrents aux lourds budgets mais à la qualité médiocre et abrutissante et qui surtout, n‘ont pas eu l’accueil du public espéré, ceci sans prétendre faire de procès d’intention.
« Ouled El Halal », est devenu le phénomène de société de maintenant, la « Ouled El halalMania » est née et pour cause, pour cet Aid El Fitr, cela nous a été confirmé par nos amis artisans coiffeurs d’Oran, la coupe de coiffure à la mode pour cet Aid, c’était et vous l’avez deviné, les coupes de cheveux de Merzak et Zinou qui étaient et qui sont très demandées dans les salons de coiffure.
« Oueld El Halal » peut toutefois se targuer d’être l’un des rares films algériens qui fait l’objet de sujets d’information dans les JT des télévisions égyptiennes jusqu’aux émirats et dans les chaines de télévisions françaises, le film de Abdelkader Jeriou, aura fait parler de lui et on en redemande.
« Saha Aidkoum Ya Ouled El Halal à travers toute l’Algérie et dans le monde »