Boualem Belhadri

Présidant le conseil de wilaya, en fin de semaine, Ouinez Labiba, la wali d’Aïn Témouchent  a écouté avec beaucoup d’intérêt les explications fournies par le directeur des Services Agricoles en l’occurrence, Naimi Berkane, lequel a présenté une situation exhaustive des préparatifs de la campagne, moissons- battages, entamée le 19 mai à partir d’une Exploitation Agricole Collective (EAC) sise à Sidi Ben Adda, en présence de Ouinez Labiba qui a donné, faut-il le rappeler le coup d’envoi de l’opération. La céréaliculture à l’irrigué est le point nodal qui a suscité notre attention d’une manière particulière, car ce point précis a amené la cheffe de l’Exécutif à parler de la mobilisation des ressources en eau, pour le développement de la céréaliculture, et ce, en prenant en compte que la wilaya traverse d’année en année, des pics de sécheresse aiguë aux conséquences fâcheuses et désastreuses. Les fellahs de la plaine de la M’léta ont été ruinés ; ils se demandent s’il y a possibilité de les indemniser au titre du fonds national d’indemnisation contre les calamités naturelles. Les ressources hydriques à mobiliser sont revenues comme un leitmotiv pendant que la wali s’exprimait pour éventuellement, proposer des sites potentiels de construction de petits barrages qui seront destinés au développement de la céréaliculture à l’irriguée.  Actuellement la wilaya dispose une dizaine de petits barrages et retenues collinaires, 06 stations de lagunage et 03 stations d’épuration avec en sus 02 autres sur le point d’être réceptionnés.

Ce que nous devons proposer, outre la proposition de la wali à vouloir réaliser des petits barrages, est de réfléchir à la mise en œuvre d’un programme de développement de la céréaliculture à l’irrigué autour des dits barrages et des stations de lagunages et de stations d‘épuration.

Ce programme n’est point difficile à réaliser, puisque la ressource existe et permet de lancer l’irrigation d’appoint au moment des pics de sécheresse. Commencer par une action pilote au niveau d’un point d’eau (petit barrage, lagune et station d’épuration) est une idée intéressante dans la mesure, où il faut cibler en premier les céréaliers motivés.

Ce projet devait recevoir toute l’attention et des agriculteurs, voulant s’inscrire dans cette dynamique nouvelle et des responsables du secteur de l’agriculture et des ressources en eau.