Belmadani Hamza

Hier encore et comme chaque mardi, les étudiants universitaires ont marché à Oran pour soutenir le Hirak et réclamer le départ des personnalités qui gèrent la période transitoire actuelle. Les manifestants, munis de banderoles, ont appelé au « changement radical de l’actuel système politique » et « le départ de ses symboles », dont les 2 B (Abdelkader Bensalah, chef de l’Etat, et Noureddine Bedoui, Premier ministre). Il rejette également les élections prévues le 04 juillet prochain.

Les étudiants ont affirmé leur union et leur détermination à poursuivre leur mobilisation, jusqu’à obtenir gain de cause et la satisfaction des revendications populaires. Ils ont brandi en ce 13 mardi consécutif, plusieurs banderoles et pancartes, où on pouvait lire: «jeûneurs et déterminés pour vous pousser au départ, même système, même résultat,» «l’union est notre devise, rien ne nous sépare, pacifique jusqu’à la chute du régime.»

Les étudiants des universités d’Oran se sont réunis à la Place 1er Novembre 1954 où des exhibitions, reflétant l’amour de la patrie et la situation actuelle du pays ont été données sur place par des étudiants.

A 11heurs, les étudiants ont commencé a marcher vers le siège de la wilaya, en passant par la rue Larbi Ben Mhidi, où ils ont scandé haut et fort, «jeûneurs, jeûneurs, nous s’arrêterons pas jusqu’à le départ de la bande.»

Les slogans touchaient directement à la trahison, au vol et la bassesse des actes des nombreux responsables qui avaient en charge les destinées du pays et de tout un peuple, mais qui ont préféré assouvir leurs petits intérêts personnels pour s’enrichir et enrichir leurs proches. Aucun parti politique n’a été épargné par les chants et slogans des étudiants et en particulier le FLN, fustigé une fois de plus, pour ses pratiques d’adoration du cadre et qui continue dans son amnésie avec son nouveau SG qui prône un discours qui laisse les citoyens ébahis par une telle arrogance et qui continue à clamer une nouvelle virginité que leur refuse tout le peuple.