Belmadani Hamza

La chaleur commence à se faire sentir à Oran, et le risque des intoxications alimentaires plane sur la population, lié en majorité à la consommation de viandes blanches, de poissons et de mayonnaise et d’autres préparations dans les restaurants et les fast-food et qui ne répondent pas aux normes d’hygiène sont enregistrées périodiquement à Oran.

Ce qui provoque la gastro-entérite qui est une infection du système digestif qui cause nausées, vomissements, crampes abdominales et diarrhée.

Dans la majorité des cas, elle est de courte durée. Les symptômes surviennent rapidement et disparaissent généralement au bout de 1 à 3 jours. La gastro-entérite a de multiples causes. Il peut s’agir de différents virus, bactéries ou autres micro-organismes (comme les amibes) qui se transmettent principalement par les mains, l’eau et les aliments contaminés. Un atelier clandestin de fabrication et le conditionnement de la mayonnaise a été découvert par les éléments de la Gendarmerie Nationale à Bir El Djir, dont le propriétaire imitait une marque commerciale illégalement. Suite à la prise de toutes les procédures légales, une perquisition a été effectuée sur place en présence de représentants de la Direction du Commerce de la wilaya d’Oran, l’Inspection de Commerce de Bir El Djir, un vétérinaire de la Direction des Services Agricoles d’Oran.

La fouille de cet atelier a permis la découverte de produits prêts à la consommation, notamment 1.356 bouteilles de moutarde, 756 bouteilles de mayonnaise en verre, 1.224 bouteilles de mayonnaise en plastique, 620 bouteilles de Ketchup, 120 bouteilles de piment, 486 boites de lait sucré caramel, ainsi que 1.836 bouteilles de sauce salade.

Les gendarmes ont découvert également, de la matière première composée notamment de 208 bouteilles d’huile de 05 litres, 75 boites de sel, 100 sachets de sucre, 30 boites de tomates de 02kg, ainsi que des bouteilles vide de mayonnaise, Ketchup et sauce salade.

La perquisition a permis également la saisie de 16 machines utilisées dans la fabrication de ces produits.

Plusieurs infractions ont été révélées notamment l’exploitation illégale d’une structure classée, l’absence d’une station de traitement des eaux usées et l’utilisation d’une marque commerciale illégale, le non-respect des conditions de stockage.