Belmadani Hamza 

Ces dernières années, de nouvelles usines de montage de véhicules ont fait leur apparition dans l’Ouest du pays, notamment à Oran, avec l’usine Renault et la future usine de Peugeot.

A Relizane, Volkswagen s’est installée et à Tiaret, l’usine des véhicules utilitaires de Mercedes.

Ces usines et les futurs projets comme d’autres constructeurs sont intéressés à ouvrir des usines similaires nécessitent la prise en charge, pour trouver une main d’œuvre et des cadres qualifiés, pour assurer la gestion de ces usines. Pour cela, l’université joue un rôle primordial dans la mise à disposition de cette main d’œuvre et ces cadres qualifiés pour ces usines.

 Dans ce cadre, un nouvel Institut de maintenance industrielle et d’industrie automobile sera ouvert à l’université des sciences et de la technologie Mohamed Boudiaf Usto, a-t-on appris de la rectrice de l’université le professeure Nassera Benharrats.

Cet Institut qui sera ouvert, lors de la prochaine rentrée universitaire, permettra de répondre aux enjeux futurs de l’industrie automobile.

«Nous ne devons pas seulement prévoir les métiers d’aujourd’hui, mais également les métiers de demain, il faudra que cette industrie trouve de la main d’œuvre qualifiée et des cadres en mesure de l’ériger, c’est une structure qui concerne la professionnalisation des parcours de licences en maintenance industrielle, nous avons 25 partenaires qui participent non seulement à la formation, mais qui s’engagent aussi à offrir des terrains de stage aux étudiants, et à prendre en charge avec leurs experts, une partie des enseignements pratiques.»

Ce nouvel Institut, permettra la prise en charge d’une préoccupation majeure dans plusieurs entreprises du tissu économique oranais qui est la gestion des chaînes. Concernant la coopération, notre interlocutrice a expliqué que «la coopération se porte bien à l’université de l’USTO.»

En effet,  des conventions bilatérales ont été signées avec des universités prestigieuses à l’étranger et à travers la coopération multilatérale, impliquant une centaine d’universités, notamment avec le projet : « Erasmus» qui permet à tous les étudiants inscrits dans un établissement d’enseignement supérieur de passer de 03 mois à 06 mois d’études dans une autre université européenne, en validant leur cursus dans leur université de départ.

Le programme d’échange «Erasmus» permet d’étudier à l’étranger pendant un temps limité et à des coûts très réduits. Tous les étudiants inscrits à l’USTO-MB, qui ont validé leur première année d’études universitaires, peuvent postuler au programme (l’échange Erasmus peut s’effectuer à partir de la deuxième année d’études dans certains appels d’offres jusqu’au doctorat inclus).

Les places sont limitées, une sélection des étudiants qui ont le droit de participer au programme se fait au niveau de l’USTO-MB, sur des critères académiques (résultats universitaires antérieurs, compétence linguistique) et de motivation.

 «Ce projet permettra à la communauté universitaire, une très grande mobilité, et elle concerne le staff administratif, les enseignants et en grande partie, les étudiants,» conclura la rectrice de l’université de l’USTO.