Zitouni Mustapha 

Une année après la disparition de l’acteur et l’artiste, l’enfant d’Oran et cher à tous les Algériens, Mohamed Djedid, dit El Houari Boudaw, Cap Ouest rend hommage d’abord à l’homme aux valeurs humaines reconnues et au grand comédien qu’il était.

Triste était cette journée du 15 avril 2018, lorsque la nouvelle du décès du comédien Mohamed Djedid, plus connu sous le nom de Houari Boudaw, parti à l’âge de 55 ans des suites d’une longue maladie.

Mohamed Djedid était particulièrement célèbre, pour avoir participé à la série comique “Thoulathi Al Amjad, Bila Houdoud”, où il a interprété le rôle de “Houari”.

Il a par la suite joué dans plusieurs autres séries télévisées, où il interprétait les premiers rôles. La dernière en date était “Boudaw”, diffusée durant le mois sacré de Ramadan.

La vie est faite ainsi, et le départ de Houari a endeuillé non seulement sa famille et ses proches, mais il est aussi ce personnage qui est regretté par toute une ville, voire tout le pays.

Houari Boudaw était de cette trempe d’artiste que l’on dit «vrai», avec son accent et ses tournures de phrases spécifiques à la région oranaise.

Cap Ouest lui rend un vibrant hommage avec une pensée toute particulière à ses filles.

On garde toujours en mémoire son jeu d’acteur qu’il faisait tout naturellement comme il l’était avec ses concitoyens à Oran et ailleurs.

Mohamed Djedid, faisait partie de la célèbre troupe comique ‘’Trio Amjad’’, dans laquelle il interprétait le rôle de ‘’Houari’’, s’est illustré depuis plusieurs années dans une série,  ‘’Boudaw’’, en l’occurrence, qui avait fait le succès sur nos écrans de télévision.

Il avait participé également à plusieurs séries comiques toujours aux côtés de ses amis de l’équipe de ‘’Bila Houdoud’’ : Hazim, Hamid et Mustapha «Ghir Hak.»

Oran a perdu l’un des siens, un artiste qui a laissé derrière lui une riche carrière. Houari, dont l’aura a dépassé les frontières depuis les années 1990, lorsqu’il venait avec sa troupe donner de la joie aux Algériens en pleine décennie noire. On se rappelle ses débuts au sein de la ‘’Thoulathi Amjad’’. Mohammed Djedid avait choisi un prénom très populaire, un prénom qui représente l’Oranais, «Houari».

D’ailleurs, il est un marqueur identitaire et un signe d’attachement à l’histoire et à la mémoire de la ville d’Oran. Des hommages lui ont bien été rendus, notamment lors des «journées du rire 2018.»

Mais, l’artiste et l’homme qu’il était méritent bien plus, lui qui a créé cette façon de faire de la comédie à l’oranaise, on espère toutefois, que les autorités locales puissent rendre un réel hommage à l’Homme qui a su faire rire les Algériens durant une décennie difficile.

Repose en paix l’artiste, Oran se souviendra toujours de toi !