Zitouni Mustapha

Il y’ quelques mois à Oran, autorités et usagers des transports en commun avaient été pris en otages par les transporteurs privés de certaines lignes qui refusaient la station d’El Morchid nouvellement aménagée, ces mêmes transporteurs avaient défié la direction des transports de la wilaya d’Oran en imposant leur propre diktat comme ils l’on toujours fait. Depuis, un arrangement a été trouvé et les transporteurs sont revenus à de meilleur sentiments en acceptant la nouvelle station d’El Morchid, mais avec leur propre règlement qui ne répond à aucune norme relative à la circulation routière et au respect d’organisation du site aménagé par les pouvoirs publics. Pour en constater les répercussions négatives et les situations de non droit et du non-respect de l’autorité, il suffit de passer devant ce lieu pour mesurer toute l’anarchie qui y règne. Des bus allant dans tous les sens, des manœuvres spectaculaires, mettant en danger les usagers et les automobilistes qui empruntent ce tronçon pour aboutir au rondpoint des cliniques. Avant leur installation dans cette nouvelle station, ce tronçon de route dans cette partie est de la ville d’Oran étaient apprécié par les automobilistes pour sa fluidité, une situation que regrettent amèrement les conducteurs, qui laissent entendre que cette partie de la ville, est abandonnée par les pouvoirs publics. Tôt le matin ou en fin d‘aprèsmidi, l’insécurité reprend dans cette partie et les premiers à en pâtir, ce sont les voyageurs en partance vers la ville d’Arzew et ses environs qui subissent, non seulement le diktat des transporteurs, mais aussi celui des agresseurs, alors que la station en question a été ouverte, il y’a moins d’une année. A noter que six destinations sont desservies à partir de la sation El Morchid, Hassi Ben Okba, Béthioua, Boufatis, Arzew, Gdyel, Hassi Bounif, autrement dit toute la partie « Est » d’Oran.