Boualem  Belhadri

Dans la région de la M’leta, une plaine de 20.000 ha environ qui relève de  la daïra d’Aïn  El Arbaa (32 km au nord-est d’Aïn Témouchent), on constate un engouement de la part des fellahs  pour l’arbre béni (Coran) qu’est l’olivier. Ce regain d’intérêt mérite de le signaler dans un contexte, où les Services de l’Agriculture comptent distribuer plus de 50.000 plants d’olivier, non pas uniquement pour ces derniers mais aussi, pour un effectif de 120 demandeurs de plants issus de plusieurs communes de la wilaya. Les fellahs de la M’leta qui sont assez loin de la trajectoire d’influence de la Sebkha sont les plus favorisés à vouloir élargir et diversifier leur plan de culture, notamment en arboriculture, étant donné que la Direction des Services Agricoles (DSA), d’Aïn Témouchent veut assainir le programme de 1.000 hectares inscrits au titre du quinquennal écoulé. Ce reliquat constitue une superficie de 250 hectares. Aussi, il est important que les mêmes services pensent à l’oliveraie du Khémis (Tamzourah) qui s’étend sur 60 ha environ et qui est quasiment à l’abandon.

Il y environ 04 ans, l’idée est venue pour les ex-locataires de la commune, pour répartir cette oliveraie aux jeunes de la commune. C’était à l’époque de l’ex-maire qui est reconduit à son poste sous la bannière du FLN.

Ceux avec lesquels on a discuté de ce problème disent qu’il faut établir un parcellaire, une étude qui coûte de l’argent et pour laquelle, une inscription au titre d’une opération planifiée n’a pas été faite.