R.R.

Deux (02) nouveaux cas de peste des petits ruminants ont été enregistrés cette semaine, au niveau de la wilaya de Mostaganem, ce qui porte le bilan à 303 bêtes touchées, qui ont été incinérées. «Jusqu’au 15 janvier 2019, on a enregistré 21 foyers de peste des petits ruminants et de fièvre aphteuse, au niveau de 08 communes de la wilaya de Mostaganem,», a déclaré l’inspecteur vétérinaire, Rachid Bennacer. Les services vétérinaires de la wilaya de Mostaganem qui ont mobilisé 06 équipes d’inspection du cheptel, sont dans l’attente de la réception d’un quota de vaccins contre les deux maladies. Le ministre de l’Agriculture, du Développement Rural et de la Pêche, Abdelkader Bouazghi, avait déclaré que « les premiers lots de vaccins contre la peste des petits ruminants seront disponibles d’ici à la fin de ce mois de janvier ». Bouazghi a indiqué que  »des mesures d’urgence ont été prises par le gouvernement pour l’acquisition de grandes quantités de vaccin, afin de les mettre à la disposition des éleveurs, en vue de contenir la propagation de l’épidémie ». En ce sens, le ministre de l’Agriculture a affirmé que « les mesures administratives relatives à l’acquisition de ces vaccins ont été finalisées », soulignant que son ministère œuvre à lutter contre cette maladie, en mettant à la disposition des services vétérinaires, à travers le territoire national, des quantités suffisantes de doses de vaccins. L’opération de vaccination contre la fièvre aphteuse a déjà été lancée sur tout le territoire national, a indiqué le ministre, rappelant les multiples opérations préventives menées et encadrées par le secteur. Se montrant rassurant quant à la maîtrise de la situation, notamment dans les wilayas les plus affectées (Djelfa, Naama, El Bayedh, Laghouat, Tiaret, Biskra et M’sila), M. Bouazghi a également rappelé que les mesures préventives ont été lancés dès l’apparition des premiers cas de cette maladie qui peut toucher n’importe quel pays au monde. Saluant la contribution des walis dans l’accompagnement des mesures de prévention, à savoir fermeture des marchés à bétails, interdiction de déplacement de cheptel, notamment en zones frontalières, et le renforcement des contrôles vétérinaires, entres autres, le premier responsable du secteur de l’Agriculture a mis en avant l’implication des éleveurs, ayant pris en considération les directives et les orientations d’hygiène, pour lutter contre l’épidémie.