Z.M.

Le fléau de l’heure, les accidents de la route et les tragiques conséquences que cela engendre au quotidien, a été abordé par les équipes multisectorielles, activant sur le terrain, dans le but de sensibiliser au maximum.

Police, Gendarmerie, Direction des Transports, ainsi que des représentants du Centre National pour la  Prévention Routière, ont participé à une émission sur les ondes de la Radio locale «El Bahia», afin de sensibiliser le plus grand nombre d’usagers de la route, entre conducteurs et piétons sur les drames quotidiens enregistrés sur nos routes.

Il faut dire qu’il est plus qu’indispensable de multiplier ce type d’interventions, pour toucher le plus large public sur les accidents de la route qui endeuillent des familles entières et qui laissent des séquelles en blessures et handicaps aux victimes de la route.

Même si les dernières interprétations des bilans des accidents de la route ont laissé entendre qu’une légère baisse a été constatée à la fin de cette année, en comparaison aux années précédentes, on ne peut se satisfaire du nombre élevé d’accidents, dont bon nombre auraient ou être évités, si ce n’est, le facteur humain et l’inconscience de certains conducteurs qui mènent à des drames.

A Oran par exemple, il est clair pour tous, que le non- respect des normes basiques du code de la route est devenu un véritable phénomène qui semble trouver ses raisons dans le comportement de certains conducteurs de véhicules légers, ou de transport en commun.

Il est donc grand temps de prendre sérieusement les choses en main et trouver au plus vite, les moyens et dispositifs adéquats, pour atténuer le massacre qui sévit sur nos routes.

Les dispositifs et moyens doivent être apportés en fonction de la hausse du parc automobile, sachant qu’Oran, compte 316.197 véhicules, alors que le parc national a été estimé par l’Office National des Statistiques (ONS), 6.162.542 véhicules à fin 2017, contre 5.986.181 véhicules à fin 2016, en hausse de 2,94% correspondant à une augmentation de 176.361 unitésselon l’ONS.

Concernant les véhicules qui ont été immatriculés et ré- immatriculés en 2017, leur nombre a atteint 1.564.348 (contre 1.856.150 en 2016), dont 176.362 véhicules neufs (contre 192.171 véhicules neufs en 2016), soit  une baisse globale de 291.802 unités des immatriculations et ré- immatriculations par rapport à 2016 (-15,72%). Concernant les véhicules neufs, l’ONS relève la poursuite de la baisse des immatriculations de 15.809 véhicules en 2017 par rapport à 2016 (-8,23%).