Par B. Boukleka

Certains locaux à usage professionnel, d’ailleurs qui n’ont de professionnel que le nom, implantés au niveau de différents lieux, relevant de la commune d’El-Kerma et réalisés dans le cadre de 100 locaux à usage commercial par commune, initiés par le président de la République depuis bien longtemps sont totalement abandonnés et se trouvent dans un état déplorable, offrant ainsi à la population locale et autres visiteurs, une image désolante, alors que d’autres ont été carrément rasés, comme ceux réalisés à proximité de l’EPSP de la localité.

Des locaux qui devraient être normalement distribués aux jeunes sans emploi, leur permettant de créer diverses activités commerciales d’une part et d’autre part, d’absorber un tant soit peu le chômage.

Le comble, c’est que certains locaux commerciaux se sont transformés en lieu d’habitation, comme ceux mitoyens avec le cimetière chrétien qui sont squattés par quelques personnes qui justement, profitent de cette situation à laquelle les pouvoirs publics n’ont pu remédier.

A quoi sert de dépenser de sommes colossales, pour la réalisation de ces locaux à usage commercial, pour finalement être abandonnés et inexploités ?

A qui profite cette scène ? Un simple tour aux sites sus- cités permet de constater de visu ce spectacle désolant, ne faisant que ternir l’image de la commune.

Enfin, les citoyens d’El-Kerma lancent encore une fois un appel aux pouvoirs publics, afin de remédier cette situation.

Ce cas de la commune d’El Kerma, est loin d’être isolé ; des situations similaires sont constatées à travers de nombreuses communes de la wilaya d’Oran, à l’instar de la commune balnéaire d’Aïn El Turck, dans le quartier Bensmir, où des habitants expriment leur ras-le-bol, face aux désagréments et autres contraintes auxquelles ils sont confrontés et qui polluent leur cadre de vie, depuis la réalisation des locaux commerciaux, début 2012, faisant partie du programme du président de la République.

«En dépit de leur distribution aux bénéficiaires, ces locaux sont livrés aux actes de vandalisme et certains ont été squattés et se sont transformés en  véritables repaires pour d+++es délinquants. Ils sont, également, devenus des lieux de beuverie,» déclarent avec dépit, des habitants dudit quartier.

Réalisés dans le but d’absorber le chômage, un nombre important de locaux professionnels reste toujours inexploité pour diverses raisons. Pire, certains ont été transformés en lieu d’habitation.

C’est le cas aussi dans la commune de Gdyel, des locaux commerciaux ont été occupés par des familles.

Ces familles ont trouvé refuge dans les locaux abandonnés.

Alors qu’on parle souvent du problème du chômage qui sévit dans la wilaya et de la création d’emplois en faveur des jeunes, en quête d’un local pour pouvoir exercer chacun d’eux une profession, la distribution des locaux commerciaux n’a pas eu les résultats escomptés. Pire encore,  ces locaux sont livrés aux actes de vandalisme et de dégradation.