Zitouni Mustapha

En l’espace d’une semaine, l’indécence, le racisme et la xénophobie dans ses formes les plus abjectes ont été étalées par une large catégorie d’internautes de toutes les régions du pays sur le réseau social Facebook. Il y a quelques jours, c’était à Khadidja Benhamou, cette jeune Algérienne qui a décroché le titre de Miss Algérie dans son édition de 2019 qui a fait les frais d’un comportement des plus indignes de la part de très nombreux individus inconscients qui sont arrivés jusqu’à ternir l’image de toute une société, puisque tous les journaux de nombreux pays ont relaté ces faits de racisme contre une jeune fille, dont le seul tort de gagner le titre de Miss Algérie. Au lieu de félicitations, ce sont des insultes, pire encore, des propos haineux et racistes qui se sont multipliés sur la toile, hommes, femmes, jeunes et moins jeunes se sont défoulés de la pire des manières contre cette jeune Algérienne. Depuis ce lundi soir, la haine et la xénophobie se sont abattues sur le chanteur Houari Bounab au nom d’artiste « Houari El Manar», décédé ce lundi, dans une clinique privée à Alger. Même décédé, Houari Manar, n’a pas échappé à un déchaînement d’insultes et autres actes haineux, ne laissant même pas à sa famille le temps de se remettre du décès tragique de leur fils. Sans avoir la prétention de décrypter le comportement humain, dont nous laisserons le soin aux seuls spécialistes des sciences humaines, il est toutefois légitime de se poser cette question sur où va notre société ? Puisqu’il y a un véritable mal qui ronge notre société, car au-delà des discours, lancés à tort et à travers, la réalité est bien là, elle nous le prouve tous les jours que l’on décroche un titre de miss Algérie, ou que l’on décède comme c’est le cas de Houari Manar, il y aura toujours cette catégorie d’individus d’inconscients et sans scrupule, qui trouvera à redire. Pour le cas de Houari Manar, il est impératif de s’interroger sur ces images qui ont circulé sur la toile, certaines montrant l’artiste allongé à l’intéri