Belmadani Hamza

Une vingtaine d’hôtels seront réceptionnés à Oran durant l’année en cours, a annoncé avant-hier, le wali d’Oran Mouloud Cherifi. Ces hôtels permettront selon le premier responsable de la wilaya de booster le tourisme dans la Capitale de l’Ouest, où la capacité d’accueil devra doubler, pour passer à 50.000 lits en 2021.

Notons que la wilaya d’Oran s’est dotée à la saison estivale 2018 de 07 hôtels privés repartis respectivement au niveau des daïras d’Oran, Aïn El Turck, Arzew et Gdyel, totalisant 836 lits et 341 emplois. La Direction du Tourisme espère créer un nouveau pôle touristique dans la partie-est de la wilaya, notamment à Aïn Franine, Kristel dans la commune de Bir El Djir, où sont en cours les travaux de 12 projets touristiques, dont un port de plaisance, un complexe touristique, des bungalows, un centre de traitement de thalassothérapie et autres.

Quand à la stratégie du secteur prévoit en 2021, la présence d’au moins 04 hôtels dans chaque commune.

Il existe actuellement des établissements hôteliers dans 20 communes sur les 26 que compte la wilaya d’Oran, notamment Gdyel, Mers El Hadjadj, El Kerma, Es-Sénia et Bir El Djir. Il est à signaler également l’existence  d’un total de173 projets dans le cadre de l’investissement touristique en cours de réalisation à travers la wilaya avec des taux d’avancement, variant entre 57 et 95 pour cent, qui devront offrir, une fois mis en service, 24.395 lits et 7.463 emplois directs. Pour rappel, la wilaya d’Oran dispose de plus de 186 hôtels avec un total de 15.000 lits et employant 3.000 personnes.

Elle offre  à ses visiteurs une panoplie de produits, allant du tourisme balnéaire, au tourisme historique, religieux ou d’affaires. Les responsables locaux œuvrent à diversifier les destinations, à renforcer les infrastructures d’accueil, pour répondre à la demande de plus en plus accrue. Leur but, est de hisser Oran au rang des métropoles maghrébines et méditerranéennes, à travers des infrastructures de base, dignes d’une grande ville.

Par ailleurs, le ministre du Tourisme et de l’Artisanat, Abdelkader Benmessaoud a insisté récemment sur l’importance de rattraper graduellement le grand déficit qu’enregistre la destination Algérie en matière de capacités d’accueil, et ce, à travers le soutien et le renforcement de l’investissement, en vue de la réalisation de 250.000 lits à l’horizon 2030. A partir de l’année en cours, le secteur du Tourisme verra l’émergence de stations balnéaires, complexes touristiques, centres de thermalisme et parcs de loisirs de grande envergure, permettant de booster l’activité touristique de l’intérieur et de l’extérieur du pays.

Le ministre a mis l’accent également sur l’impératif de « hisser les prestations au niveau des normes internationales ».  Il a qualifié la formation de « pierre angulaire » du programme de développement touristique, rappelant que « plus de 100 centres, relevant du secteur de la Formation Professionnelle dispensent des formations dans les métiers du tourisme et de l’hôtellerie, outre 16 instituts dédiés  exclusivement à ce domaine ».