Jalil Mehnane

La dernière décision du président de la République M. Abdelaziz Bouteflika de créer des circonscriptions administratives, a touché la wilaya d’Oran, avec les daïras d’Arzew, Oued Tlélat, Bir El Djir, Aïn El Turck, Es-Sénia, et Oran qui seront promues au rang de wilayas déléguées. Cette étape est la première à l’Ouest du pays, visant à instaurer une nouvelle dynamique de développement, et booster les projets dans ces nouvelles circonscriptions qui seront chapeautées par le wali.

Le premier responsable de l’Exécutif, sera sous sa houlette des walis délégués, avec des prérogatives revues et élargies par rapport à celles du chef de daïra qui se contentait de veiller sur le travail des maires, en attendant une promotion au poste de wali.

Selon des échos derrière les travées des daïras concernées, le flou persiste encore sur la nouvelle stratégie à appliquer, ni encore l’organigramme des postes.

Des sources parlent d’un exécutif au sein de l’exécutif, c’est-à-dire des Directions de Transports, des Ressources en Eau, de la Jeunesse et des Sports…et des Finances. Sur ce dernier volet, on s’attend à un budget conséquent digne d’une wilaya déléguée, avec ses projets et ses appels d’offres. Du coup, on assistera peut-être à une révolution économique imposée par la concurrence entre les walis délégués qui seront installés incessamment, et qui vont se donner à fond, pour prouver leurs capacités à gérer une wilaya. Car il faut dire, qu’un rapport positif du wali leurs ouvrira les portes pour un poste de wali en chef.

 Ça bouge derrière les coulisses

Ce qui est sûr, c’est que les daïras ne feront plus partie de l’organigramme de la wilaya, et que la guerre de nominations fait déjà parler d’elle au niveau des nouvelles circonscriptions administratives.  Des sources affirment que les secteurs, comme celui de la Jeunesse et des Sports et de la Culture, ainsi que plusieurs d’autres attisent les convoitises, même avant la confirmation ou pas de la présence de ces «petites Directions».

Dans les coulisses des Directions- mères, des sollicitations sont en cours par certaines personnes, afin qu’elles héritent de ces nouveaux postes.

Du côté du ministère de l’Intérieur, cette prochaine création de wilayas- déléguées, appelées à voir le jour au niveau des grands centres urbains du Nord de l’Algérie répond à des impératifs économiques et démographiques, selon le DG des Libertés Publiques et des Affaires Juridiques auprès dudit ministère. Abderrahmane Seguini, explique que la création de ces entités administratives vise à plus de synergie en matière de gestion du territoire et de maîtrise du volume démographique des grands ensembles urbains.

Il rappelle que 11 circonscriptions du même type avaient déjà été créées en 2015, au niveau des wilayas du Sud du pays, dans un souci, déclare-t-il, de la maîtrise des régions frontalières et de leur développement.  Dans la perspective d’un nouveau découpage territorial, il indique qu’il s’agira également de savoir lesquelles parmi ces régions pourraient, éventuellement, s’ériger en wilayas «à plein titre». De ces circonscriptions, dont il annonce qu’elles bénéficieront d’une autonomie de gestion, il précise que leurs responsables, en l’occurrence, les walis- délégués, verront leurs prérogatives renforcées, ajoutant qu’en plus d’assurer la gestion de services administratifs en direction du public, celles-ci disposeront de moyens de financement aux fins de promouvoir les potentialités économiques locales et de développer des services de proximité au bénéfice de leurs habitants.