« Tout est fin prêt » pour la tenue des examens de fin d’année qui concernent plus de 810.000 élèves à l’examen de fin de cycle primaire, plus de 630.000 au brevet d’enseignement moyen (BEM) et plus de 670.000 au Baccalauréat, a affirmé dimanche la ministre de l’Education nationale, Nouria Benghabrit. « Tout est finalisé (pour la tenue des examens de fin d’années). Nous avons 812.056 inscrits en 5ème (fin de cycle primaire), 630.728 au BEM et 674.120 au Baccalauréat », a indiqué Mme Benghabrit sur les ondes de la chaîne 3 de la Radio algérienne. Après avoir salué le travail « professionnel » mené par l’Office nationale des examens et des concours (ONEC) qui a également élaboré « plusieurs guides », la ministre a fait remarquer que son département « est en train d’approfondir la performance de cet office en le dotant de tous les instruments nécessaires ». Interrogée sur la réforme du Baccalauréat, Mme Benghabrit a fait savoir que le travail mené par son département, en collaboration avec les partenaires sociaux, « est loin d’être une sorte de réforme, mais plutôt une réorganisation de l’examen qui sera opérationnelle en 2021 avec un format de 3 jours et demi », précisant que les candidats libres « seront scolarisés à distance ». Dans le même ordre d’idées, la ministre a indiqué que l’ouverture du dossier de la réorganisation du cycle secondaire « se fera cette année, après avoir pris en charge les cycles primaire et moyen ». En outre, Mme Benghabrit a assuré que les évaluations des élèves « permettront d’améliorer les rendements sur les lacunes enregistrées lors du premier trimestre, notamment dans les matières scientifiques et les langues étrangères ». Elle a relevé que l’amélioration de la qualité de l’enseignement « passe, de prime abord, par la formation », réitérant l’importance de l’élaboration du plan stratégique national de formation de l’encadrement. Elle a rappelé, dans ce contexte, que son département ministériel a procédé, dans un premier temps, à la formation des inspecteurs qui « sont au-devant de la scène de l’enseignement », à l’élaboration des guides de formation pour les enseignants et la production d' »un certain nombre d’outils didactiques qui répondent aux difficultés principales identifiées lors des évaluations diverses, ainsi qu’à la récupération des instituts de formation et la formation des enseignants ». Au sujet d’un éventuel recrutement de nouveaux enseignants, Mme Benghabrit a déclaré qu’il « y aura certainement du recrutement, car nous sommes en train d’ouvrir de nouveaux établissements aussi bien primaire, moyen que secondaire. Nous avons donc besoin de nouveaux recrus et les chiffres seront donnés prochainement ». Par ailleurs, la ministre a rappelé, au sujet d’un l’éventuel recours des syndicats a la grève, sa « disponibilité » au dialogue, précisant que la commission mobile mise en place en décembre dernier avait résolu, sur une période de 10 jours, « plus de 118.000 dossiers ». « Il est vrai qu’il y a des points de discorde, mais qui font l’objet d’une discussion approfondie. Il n’y a aucun problème de notre part, car seul le dialogue et la concertation peuvent amener à trouver les solutions adéquates », a-t-elle conclu.