Belmadani Hamza

Beaucoup d’Oranais se sont réjouis de l’accord trouvé avec la Société Hyproc pour financer le Mouloudia Club d’Oran. Une étape très importante venue après un grand travail mené par le wali d’Oran Mouloud Cherifi, qui en plus des subventions que la wilaya offre à l’équipe- phare de l’Ouest, il a su amener également des discutions pour que Hyproc puisse financer le MCO. Mais l’argent ne suffira pas pour sortir le MCO de ce tunnel sombre qui dure depuis plus de 20 ans, comme l’équipe n’a pas obtenu de trophées depuis 1997. Un constat amer pour une équipe qui a un public en or qui a soif de parcours merveilleux et des exploits. Partout dans le monde, les exemples des équipes qui ont réussi sont multiples, des équipes portées par de grandes sociétés ou hommes riches qui ont financé le parcours de ces équipes qui ont réussi à écrire l’histoire grâce surtout a une bonne administration de ces clubs. L’argent à lui seul ne suffit pas pour gérer une équipe professionnelle. Il faut une bonne administration, des cadres qui sachent gérer, recruter et créer un maillon fort autour de l’équipe pour la porter vers l’exploit. Le MCO après l’accord avec Hyproc a besoin de se métamorphoser, avoir plus de sponsors, pour ne plus compter sur l’aide des pouvoirs publics. Le MCO à besoin de réaliser une école de formation, pour ne plus faire recours au recrutement des joueurs à coups de milliards. En Europe, les équipes comptent de plus en plus sur les jeunes formés au sein du club. Le MCO à besoin d’un musée, d’un magasin de vente d’articles sportifs pour augmenter ses revenus, comme partout chez les grandes équipes et les exemples ne manquent pas, en Afrique et chez nos voisins. Il a besoin également d’un centre d’entraînement, la réalisation du nouveau stade d’Oran est une occasion, pour que l’équipe des Hamraouas puisse avoir un stade au standard international, un endroit pour refaire vivre l’histoire de ce club et de ses trophées. Le MCO doit viser l’objectif de réaliser des bénéfices, une équipe n’est pas seulement des succès et des défaites, mais une véritable société avec une vision économique gé- nérant des bénéfices et des investissements. En Europe, les équipes malgré les salaires faramineux des joueurs réussissent à avoir des bénéfices et des chiffres d’affaires record. Prenons par exemple, l’équipe de Manchester City qui a réussi la saison écoulée avec un chiffre d’affaires de 500,5 millions de livres (561,9 M€) en 2017-2018, soit un bé- néfice de 10,4 millions de livres (11,7 M€). C’est la quatrième saison consécutive que les Citizens terminent dans le vert. Son voisin Manchester United dispose de 54 sponsors, pour une valeur dépassant les 03 milliards de dollars. Donc beaucoup restent à faire pour le MCO, s’il veut reconquérir sa place d’antan au niveau national et concurrencer sur la scène africaine. Espérons qu’Hyporc sera le début d’un parcours merveilleux pour le MCO.