Jalil Mehnane

Les antennes relevant de la Caisse d’Assurance Sociale (CNAS) sont le théâtre d’une anarchie indescriptible, faisant grincer des dents aux citoyens venus de plusieurs quartiers. Au niveau du centre de paiement « Benarbia Houari» à Gambetta, la situation était incontrôlable, des centaines d’assurés amassés devant les guichets, attendaient leur tour, a-t-on constaté sur place, hier. Les préposés aux guichets étaient complètement dépassés, résultat, des altercations fréquentes avec les citoyens qui chamboulent la situation. Les documents nécessaires à la main, les assurés, n’ont d’autre choix que d’attendre leur tour. Vers 10h du matin, les écrans indiquant le tour de celui qui doit passer au guichet, appellent le numéro 87. Les grimaces qu’on voyait sur les visages des nombreuses personnes qui attendaient dans la salle, nous ont poussé à aller prendre un ticket, pour voir le numéro qui nous sera donné à cette heure-ci. Et à notre grande surprise, on a hérité du numéro 318, du coup, l’assuré doit attendre jusqu’à l’après-midi, pour pouvoir passer au guichet, pire pour celui qui viendra après 10h30. Selon un agent, «la situation est identique, tout au long de la semaine, la pression est énorme sur nous, et sur les citoyens, qui veulent pour la plupart réactiver la carte Chifa.» Justement, cette opération qui est derrière toute cette anarchie constatée à travers les agences CNAS, devra être faite tout simplement chez le pharmacien du coin. C’est du moins, ce qu’ont annoncé les responsables du ministère de l’Emploi et du Travail. Selon nos sources, des essais relatifs à l’activation de la carte Chifa à distance, au niveau des pharmacies d’Alger conventionnées avec la Caisse Nationale d’Assurance Sociale (CNAS), ont débuté en octobre dernier, afin d’éviter aux citoyens les déplacements aux services concernés. Les mêmes sources affirment que l’opération peut prendre plus de temps que prévu, car certaines pharmacies ont eu des essais non concluants. Des experts attèlent à trouver des solutions adéquates à ces carences, afin de généraliser cette procédure dans l’ensemble du territoire national. L’objectif principal de ces essais est d’identifier toutes les carences et les difficultés qui peuvent surgir, lors du lancement de cette opération au niveau des officines, ainsi que de leur trouver des solutions adéquates pour réussir l’opération. Après la mise en place de cette procédure, le citoyen ne sera plus contraint de se déplacer au niveau d’une agence CNAS, pour réactiver sa carte Chifa. Il lui suffira de se présenter à l’une des officines conventionnées avec la Caisse pour réactiver sa carte et acheter son médicament. En attendant, il souffre devant les guichets.