Zitouni Mustapha

Ces dernières semaines tous les marchés d’Oran, présentent au-delà des prix hauts, une très mauvaise qualité des produits de fruits et légumes et cela n’est pas passé inaperçu auprès des consommateurs qui en parlent et pour certains, le marché est même devenu repoussant.

Les prix des fruits et légumes ne cessent de connaître des hausses jusqu’à dissuader bon nombre de consommateurs contraints de changer leurs habitudes en ces temps de faible pouvoir d’achat, touchant une large partie de la société.

Alors que l’ensemble des produits présentés sont de qualité et d‘apparence peu enviables et présentant chez l’ensemble des légumiers, un aspect de mauvaise qualité, le produit de référence et de base, la pomme de terre, est vendue entre 60 et 75 DA, l’oignon de moindre qualité, est cédé entre 25 et 40 DA et la tomate laissant entrevoir des débuts de pourrissement, est vendue, entre 110 et 170 DA le kilo. L’ail reprend à son tour la hausse qu’il a avait connue, il est vendu à 260 DA. Les autres légumes comme la carotte et le navet sont cédés entre 70 et 100 DA le kilo, alors que la courgette a dépassé la barre des 200 dinars, alors que le poivron affiche le prix de 160 à 180 dinars selon les marchés, les haricots verts de leur côté, sont cédés à 220 dinars.

Les fruits quant à eux, comme durant l’été, ils restent toujours à des prix assez haut et comme pour les légumes, la qualité laisse vraiment à désirer, la pomme est vendue entre 350 à 400 dinars alors que la mandarine qui fait son entrée sur le marché est vendue entre 160 et 180 dinars.

Pour les dattes en pleine saison, sont cédées entre 250 DA pour la plus basse qualité et 600 DA pour les plus belles et reste le seul fruit dans la qualité semble sauver la mise.

La campagne lancée à travers les réseaux sociaux «Khalilh Yefouh », « Laisse-le pourrir», vise en fin de compte, les viandes blanches, qui gardent la barre haute avec des prix à 260 et 300 DA pour le poulet plein de 340 à 380 le kilo de poulet vidé.

En période hivernale, les légumes secs censés remplir la marmite connaissent eux aussi cette hausse inexpliquée pour le consommateur, les haricots blancs à 220 DA le kilo et les lentilles entre 160 et 200 DA le kilo.